G5 Sahel : 25 agents formés en technique de renseignement à N’Djamena

G5 Sahel : 25 agents formés en technique de renseignement à N’Djamena

Le Collège sahélien de sécurité (CSS) a organisé une formation en technique de renseignement en faveur de 25 agents venus des pays membres du G5 Sahel. Cette formation de 10 jours a pris fin aujourd’hui, 21 février 2019 à N’Djamena.  

Les pays membres du G5 Sahel sont confrontés depuis quelques années au problème d’insécurité avec perpétration des attaques terroristes dans la sous-région. De ce fait, le règlement portant organisation et fonctionnement du Collège Sahélien de Sécurité (CSS) prévoit la conduite de quatre formations techniques qualifiantes et diplômantes par an, dont celle organisée à N’Djamena du 11 au 21 février 2019.

Chacune de ces formations a lieu dans un des quatre pays autres que le Mali qui est le siège du CSS de la manière suivant : le Burkina Faso pour la police judiciaire, le Tchad pour le renseignement, le Niger pour la sécurité des frontières et la Mauritanie pour l’ingénierie de formation. Chaque formation s’adresse toutefois bien aux cinq pays du G5 Sahel.

A lire: Lutte contre le terrorisme : 27 éléments de Boko Haram arrêtés au Lac et transférés à N’Djamena

Selon l’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne au Tchad, Bertrand Soret, « l’apport du Collège sahélien de sécurité est considéré comme particulièrement positif par les responsables des services des forces de sécurité intérieure des pays membres du G5 Sahel ». Dans ce sens, depuis 2017, ce Collège a démontré un niveau d’enseignement remarquable, et l’inauguration de ses nouveaux locaux à Bamako au Mali en septembre 2018 a ajouté une visibilité positive au sein de l’espace sahélien.  

La formation « Renseignement » organisée au Tchad est la deuxième de cette nature, mais  présente une caractéristique qui la différencie des autres formations techniques. Ceci, dans la mesure où elle était l’occasion de donner aux agents qui arment ou armeront  les PCMS (plate-forme de coopération en matière de sécurité) la possibilité de se rencontrer et confronter leurs expériences mais aussi de recevoir une formation spécifique à leur mission.

Photo de famille à la clôture des travaux/Ph Dr

Le coordonnateur national du G5 sahel pays, Djondang Enoch, pour sa part a demandé l’appui technique et financier de l’Union européenne dans pour l’atteinte des objectifs de ce projet. L’ultime bu étant de de mieux sécuriser les populations des pays de la bande sahélienne. Pour ce faire, il y a lieu de renforcer les dispositifs de sécurité dans l’espace du G5 sahel et impliquer les acteurs dans les différentes communautés.

Lire aussi: Tchad : des éléments de Boko Haram tuent cinq personnes et enlèvent 12 autres dans la province du Lac

Laisser un commentaire