Tchad : des éléments de Boko Haram tuent cinq personnes et enlèvent 12 autres dans la province du Lac

Tchad : des éléments de Boko Haram tuent cinq personnes et enlèvent 12 autres dans la province du Lac

Les membres de la secte Boko Haram ont tué cinq personnes, le 19 février 2019, à Bourboura, localité située à 7 Km de la sous-préfecture de Ngouboua, dans la province du Lac. Cinq autres personnes ont été aussi blessées.

La secte Boko-Haram fait parler encore d’elle au Tchad. Après l’accalmie depuis le début de l’année, les éléments de cette nébuleuse refont surface avec une nouvelle attaque dans la province du Lac. 

Des éléments de la secte Boko-Haram ont attaqué dans la nuit d’hier, mardi 19 février 2019, le village de Bourboura, à 7 kilomètres au sud de la sous-préfecture de Ngouboua, dans le département de Kaya, province du Lac. Le bilan provisoire fait état de cinq personnes tuées, et cinq autres blessées.

Sur leur chemin de retour, les éléments de la nébuleuse, se sont arrêtés dans un autre village du nom Ngatchia. Ici sans les attaquer, ils ont regroupé les habitants de cette localité, enlèvent 12 personnes dont 9 jeunes femmes et trois hommes valides. Les terroristes ont arraché aussi plusieurs téléphones et d’autres biens, notamment des vivres.

Une source sécuritaire dans la localité rapporte que c’était une colonne de Boko-Haram bien armée, qui a attaqué ces villages.  Les forces de défense et de sécurité sont à leur trousse assure cette source. Mais, jusque-là les terroristes sont toujours en cavale.  Un responsable de sécurité confie : « les gens savaient que nous n’avions pas assez d’hommes, les troupes ont été allégées pour être remobilisées à une autre mission donc ils ont profité de cette faille pour nous attaquer ».

Depuis quelques jours, N’Djaména est sous une menace terroriste. Des informations font état d’infiltration des éléments de Boko-Haram circulent. La Police nationale a déjà arrêté plus de trois personnes présumées éléments de la secte d’Abubakar Shekau, dans la capitale tchadienne. Affaiblie militairement, Boko-Haram a opté pour des attaques sporadiques et des attentats kamikazes dans le bassin du Lac-Tchad où la secte est très active. La dernière attaque était dans  la base militaire de Kaïga Kindjiria, en novembre 2018 faisant plusieurs morts.

Lire aussi: Terrorisme : le Président Deby est à Kaiga Kindjiria dernier lieu d’attaque de Boko Haram

Laisser un commentaire