Ficsa : les démonstrations de danses traditionnelles mobilisent les festivaliers

Ficsa : les démonstrations de danses traditionnelles mobilisent les festivaliers

REPORTAGE – Au 3ème jour du Festival international des cultures sahariennes (Ficsa), les festivités continuent. La journée est consacrée aux danses traditionnelles, à la course des dromadaires etc.

La ville d’Amdjarass se réveille avec des tapages et des sonorités de toutes les cultures du Sahel au grand bonheur des curieux. Très tôt ce matin du 1er avril, toutes les délégations de danses se convergent vers le village touristique du festival. Les hommes et les plus jeunes enturbannées comme de bons sahéliens occupent le grand espace du village. Les femmes et les jeunes filles aussi.

A peine arrivés, les danseurs ont occupé l’espace du village et formé des cercles. Soudain, les danses ont commencé, sous le regard perdu des uns et des petites concentrations des autres. Beaucoup sont étonnés de voir le rythme de danse Boulala (Batha) entre jeunes filles et garçons tourner les hanches avec force.

Non loin, l’élégance de la danse du Chari-Baguirmi dite “Ganga Baguirmi” a drainé la foule. Deux couples visiblement de sages se courbent en faisant bouger légèrement les hanches. Ce geste fait rire les jeunes qui les entourent. « Je ne savais pas qu’il y a des gens qui dansent comme ça », s’étonne un jeune.

Le Ganga baguirmi dansé par les festivaliers lors du FICSA

Les parures et la beauté des femmes d’Arada dansant le Andalouka, à charmer plus d’un. Elles se sont alignées de manière parfaite. Les mouvements de têtes se font au même moment, laissant apparaître une richesse capillaire hors norme.

A lire : Tchad : Amdjarass vit au rythme de la 5ème édition du FISCA

Danseurs de l’Andalouka lors du FICSA


La délégation du Logone occidental attire encore plus les curieux. Les tenues très particulières des hommes, les masques traditionnels qu’ils portent et l’engouement avec laquelle ils dansent intéressent même les expatriés.

La danse Ndoh exécutée par la délégation du Logone occidental lors du FICSA

Toutes ces richesses culturelles vont certainement contribuer à renforcer les liens entre les Tchadiens et tous les Sahéliens. L’impact du FICSA sera à jamais gravé dans les mémoires des participants et de la ville d’Amdjarss.

Lire aussi : FICSA : le cheval de Deby arrive en tête de la course hippique

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :