Gouvernement : les quatre ministres qui ont marqué leurs  100 jours

Gouvernement : les quatre ministres qui ont marqué leurs 100 jours

Tchad : ce samedi 24 octobre marque les 100 jours du gouvernement du 14 juillet 2020. Parmi les ministres de ce gouvernement, quatre ont particulièrement laissé leurs empreintes à la tête de leur département. Focus.

Le 14 juillet dernier, le président de la République Idriss Deby Itno  a remanié le  gouvernement. Il a composé une équipe de 35 membres dont quatorze qui faisaient leur baptême de feu. Tchadinfos vous propose, par ordre décroissant, le classement des quatre ministres les plus visibles durant cette période par leurs actes ou propos.

Lire aussi : Tchad : Déby opère un relookage gouvernemental

Elle est la seule femme de notre liste. Amina Priscille Longoh, la ministre de la Femme, de la Protection de la Petite Enfance occupe le quatrième rang. Elle n’est pas passée inaperçue pendant les 100 jours à la tête de son département.  La jeune ministre a été plus visible pendant la période de l’inondation qu’a connu la capitale tchadienne. Distribution des vivres, son passage à l’orphelinat Sos et à Koumra ont alimenté les débats sur les réseaux sociaux.

Lire aussi : Edito : Honneurs et respect à nos chefs !

Sans doute, le duo du ministère de la santé se place à la troisième position de notre classement. Le ministre Abdoulaye Sabre Fadoul et son secrétaire d’État Djiddi Ali Sougoudi ont lancé plusieurs opérations d’assainissement du secteur sanitaire. Parmi ces opérations on note la suspension de stage pour les agents de santé dans des structure sanitaires; l’arrêt de demande de création des cliniques…

Lire aussi :AUDIO – Coronavirus : « La situation est sous contrôle », affirme Abdoulaye sabre Fadoul

Le ministre de la communication, Cherif Mahamat Zène est deuxième de notre liste. Cette position s’explique par sa déclaration aux élus du peuple. Le ministre a confié devant les députés que le problème de la télé-Tchad, de la radiodiffusion nationale et de l’Agence tchadienne de presse et d’édition est un problème d’hommes. Le ministre a argumenté sa déclaration par l’acquisition d’une imprimante et un car de transmission qui ont couté plus de 10 milliards à l’État tchadien. Cette révélation du ministre de la communication a choqué plus d’un tchadien.

Lire aussi : Tchad : les medias publics et privés sont complémentaires et non des adversaires selon Cherif Mahamat Zene

Sur la première marche de notre classement se trouve le ministre de la jeunesse et des sports, Routouang Mohamed Ndonga Christian. L’affaire du joueur Bakhit Djibrine qui a entrainé le limogeage du sélectionneur national, Emmanuel Tregoat par le ministre a vivement alimenté le débat. Jugé inexpérimenté, le jeune ministre  n’a pourtant pas hésité à déclarer la guerre à ses détracteurs en les qualifiants de « mafieux ». Ce qui a suscité énormément de réactions des Tchadiens, notamment cette phase pour le caractériser «  il parle bien mais pas fort ».

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :