Tchad : ouverture d’enquêtes judiciaires pour identifier les responsables des scènes de violence sur les vidéos

Tchad : ouverture d’enquêtes judiciaires pour identifier les responsables des scènes de violence sur les vidéos

JUSTICE – Le procureur général, Moukhtar Abdel-Hakim Doutoum annonce aujourd’hui l’ouverture d’enquêtes judiciaires pour établir les responsabilités concernant les vidéos de violence qui circulent sur les réseaux sociaux depuis quelques jours.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi 20 février, Moukhtar Abdel-Hakim Doutoum, procureur général informe : « le ministre de la Justice, Garde des Sceaux Chargé des Droits humains a donné des instructions fermes au Parquet général de N’Djamena afin que des enquêtes judiciaires soient ouvertes dans les différents parquets d’instances compétents ». Ceci, dans le but d’établir les responsabilités sur ces faits

Les principales vidéos qui font l’objet de l’ouverture d’enquêtes sont celle de la femme fouettée par des militaires et celle d’un jeune homme en train de d’être tabassé par un groupe de personnes. « Notre pays le Tchad, signataire de l’ensemble des conventions internationales en matière des droits de l’Homme ne peut accepter que des individus quel que soit leur rang, puissent violer impunément les lois de la République » lit-on dans le communiqué.

Le procureur général demande à toutes les personnes ayant des informations relatives à ces faits de se mettre en rapport avec le Parquet de Grande Instance concerné pour contribuer à l’enquête. Moukhtar Abdel-Hakim Doutoum rassure : « les acteurs de ces actes doivent impérativement répondre à la rigueur de la loi devant les juridictions ». Il rappelle en outre les articles 323 et 326 du code pénal qui qualifie les actes vus sur ces vidéos d’actes de torture et d’atteinte à la liberté et la dignité des personnes.

Lire aussi: Tchad : des vidéos de femmes battues suscitent l’indignation

Un commentaire

  1. Boukar
    20 février 2019 at 20 h 57 min Répondre

    Ignoble, dégradant et odieux voilà ce que je qualifie ces actes barbare d’un autre âge. Il faut que justice soit rendue à ceux victimes. Toutes mes pensées à eux. Rien ne justifie cette maltraitance et ces violences.
    La femme c’est la mère, la sœur, l’épouse et et l’incarnation de l’humanité. #PLUS JAMAIS ÇA AU TCHAD.
    Boukar

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :