Tchad : le vol et les cas d’agression à main armée vont grandissants  à N’Djamena

Tchad : le vol et les cas d’agression à main armée vont grandissants à N’Djamena

SÉCURITÉ – En janvier 2020, plusieurs cas d’agression à main armée ont été signalés dans la capitale tchadienne.  Des jeunes ont été victimes de braquage et leurs engins à deux roues emportés par les bandits. Des cas d’assassinats sont aussi enregistrés.

Une enquête judiciaire est ouverte suite à l’assassinat de Dr Trapohol Sahal Haoussou Crisos. Celui-ci a été assassiné le mardi vers 21h non loin de chez lui. Devant le centre Luthérien de Gassi dans la commune du 7e arrondissement où il a été assassiné, les sentinelles du centre ont expliqué à nos confrères de Dja FM que tout le monde dormait car il faisait froid. « Nous avons entendu des coups de feu mais comme il faisait tard et froid personne n’est sorti », explique une sentinelle a la radio Dja FM. Un autre voisin d’ajouter « C’est quand les policiers sont arrivés et qu’il y avait trop de bruits que les gens sont sortis et ont constaté qu’il était déjà mort et les braqueurs ont pris fuite.

Abdelwahad Dalil Mamadou, âgé d’une vingtaine a été froidement abattu et sa moto emportée le mercredi 21 janvier aux environs de 20 heures au quartier Dembé 2 dans la commune du 7e Arrondissement. Selon nos informations, une cliente a demandé à Abdelwahab Dalil Mamadou, conducteur de moto taxi de la déposer chez elle au quartier Dembé 2. Quand Abdelwahab s’est arrêté devant la maison de la cliente, deux hommes dont l’un armé d’un revolver lui intime l’ordre de leur remettre la clé de la moto. Abdelwahab Dalil Mamadou a refusé d’obtempérer. C’est ainsi qu’un des hommes tire sur lui à bout portant. Atteint par une balle au niveau de l’abdomen, Abdelwahab Dalil Mamadou est mort sur place de suite de ses blessures.

Pourquoi les détenteurs des engins à deux roues sont le plus visés?

Selon nos informations les prix des engins à deux roues ont connu une hausse. Les prix de la moto sont les même que son dédouanement, explique une source à Tchadinfos.com. Les cas de vol des motos et de braquage des motocyclistes vont grandissants.

Même si la Police fait de son mieux, elle doit multiplier ses efforts en circulant à l’intérieur des quartiers. De vérifier les motocyclistes la nuit, les papiers des engins et surtout les fouilles corporels. Prudence est m^re de sûreté.

Un commentaire

  1. DALLAH TCHIMBY Arnaud
    31 janvier 2020 at 17 h 23 min Répondre

    Ne cherchons pas loin, ces agresseurs sont pour la plupart des militaires. Ils se servent de leurs armes de service pour braquer les paisibles citoyens et les déposséder de leurs biens.

    Je me souviens d’un cas d’agression derrière le bar continental d’Abena qui a échoué où les braqueurs n’ont pu emporter que le téléphone de la victime abandonnant leur moto sur les lieux parce que les gens étaient sortis. Paniqués, ils avaient pris fuite à pieds.
    Le lendemain, j’ai insisté sur le numéro et l’un des deux braqueurs a finit par décrocher. Je lui ai fait savoir que je suis un commissaire de la police et que j’ai leur moto, témoin de leur acte de la veille. C’est la réponse du gars qui va me tuer. Il me dit qu’il ne gère pas les petits commissaires et qu’il est lui aussi militaire (effectivement la plaque de la moto abandonnée est militaire) et qu’on ne pourra rien lui faire. D’ailleurs il viendra lui-même récupérer sa moto. J’en étais tombé de nu. Une semaine plus tard quand on était reparti au commissariat l’engin avait disparu, et personne ne nous a expliqué comment cela était arrivé?

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :