Crise financière : la CPDC appelle à la tenue urgente d’un dialogue inclusif

Crise financière : la CPDC appelle à la tenue urgente d’un dialogue inclusif

C’est la quintessence d’un point de presse donné par le porte-parole de la Coordination des Partis Politiques pour la Défense de la Constitution (CPDC) Gali Ngothé Gatta  ce matin à l’hôtel pigeonnier à N’Djaména.

« Tout a été dit de la situation financière et sociale actuelle. Mais les manques de conclusions nous auront privés de décisions. C’est pourquoi nous devons revoir certains sujets abordés »affirme Gali Ngothe Gatta dès l’entame de son liminaire.

Selon les spécialistes, il faut 5 000 milliards au Tchad pour retrouver un niveau de financement normal.  Face à cela, la CPDC affirme que l’issue à cette situation est  la tenue  urgente d’un dialogue  inclusif sans condition.   Pour la CPDC, il faut un forum où les principaux acteurs politiques et sociaux débattront et arrêteront les  thérapeutiques de choc  à même de relever l’État et le pays.

Pour optimiser les recettes, la CPDC estime qu’il est nécessaire d’auditer et  de maitriser toutes les poches de recettes. De revoir toutes les structures, l’organigramme de la présidence de la république, celui de la primature et des ministères et la suppression des postes de directions fictives.

Martelant sur les 16 mesures du gouvernement, la CPDC  relève qu’elles ne sont pas légales,  vu qu’elles ne sont pas prévues par le collectif budgétaire d’août 2016.  D’après elle, le Tchad est devant une catastrophe  financière insoluble, sa sortie serait que le gouvernement gagne à la loterie, car selon les spécialistes, l’endettement  du pays est hors norme et dépasse sa capacité de remboursement.

 

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :