Tchad : disparu, un élève a été retrouvé mort

Tchad : disparu, un élève a été retrouvé mort

SÉCURITÉ – En l’espace d’un mois, trois personnes sont victimes d’insécurité au quartier Abena. La victime en date est Boussou Kokolné Germain, un jeune élève.

Il s’appelait Boussou Kokolné Germain. Âgé de 15 ans, il était en classe de CM2 à l’Ecole Nazareth d’Abena dans le 7e arrondissement de la ville de N’Djamena. Ce jeudi 5 mars 2020, Boussou ne savait pas que tout allait basculer dans sa vie. “A 12 heures, il était rentré avec son cadet. A 13 heures, il était réparti pour les cours de l’après-midi“, rapporte son grand-frère Marino Kokolné Alain. Mais Boussou n’atteindra jamais l’école. Que lui est-il arrivé en cours de route ? Personne n’est à mesure de répondre. “A 17 heures, son cadet était rentré mais lui non. Le petit de nous informer que Boussou n’était pas en salle ce soir. On avait cru qu’il aurait déserté les cours pour aller au foot“, raconte Mario. Mais non le petit garçon n’était pas allé au terrain de foot. “Jusqu’à 19 heures on n’avait pas de ses nouvelles. Ça a commencé à nous inquiéter. Des coups n’ont rien donné. Dans la nuit, on était faire des déclarations dans les différents commissariats de la ville“, informe Marion Kokolné Alain.

Les recherches qui ont repris le vendredi 6 mars n’ont abouti à aucun résultat. Même le samedi 7 mars en matinée, aucune nouvelle de Boussou. C’est dans la soirée que l’incroyable nouvelle est tombée. “C’est vers 16 heures qu’un parent nous a appelés. Nous nous sommes rendu à la morgue de l’hôpital général mais il n’y avait rien. Nous avons continué à celle de l’hôpital de l’Amitié Tchad-Chine. C’est là où nous avions découvert le corps sans vie de mon cadet“, relate le grand-frère du défunt, Mario Kokolné Alain. “Nous avons remarqué qu’il avait une plaie à la tête et le cou cassé. Le personnel de la morgue nous a faits savoir que c’est une patrouille de la Police qui est venue déposer le corps retrouvé sous le pont de Chagoua“, a-t-il témoigné.

Une plainte contre X a été déposée par la Coordination de la Police judiciaire par la famille du défunt. Le corps de Boussou Kokolné Germain a été levé le lundi 9 mars 2020 pour être enterré au cimetière de Toukra sous autorisation du parquet. Qu’est-il arrivé à cet adolescent ? Dans quel lieu a-t-il perdu la vie ? Les questions restent entières. L’enquête de la Police nous en dira plus.

Comme un hasard, le domicile familial de Bousso Kokolné Germain se trouve à quelques encablures de celui de Mopi Célestine, elle aussi victime de la cruauté le 13 février 2020. Dans le même quartier, une jeune dame a été retrouvée violée et tuée en date du 21 février 2020. Ce qui fait en tout trois cas en l’espace d’un mois dans un quartier. Faut-il déployer une unité spéciale des forces de l’ordre dans le secteur ?

Un commentaire

  1. Flavius nadengar
    10 mars 2020 at 8 h 38 min Répondre

    Pour remédier à cette insécurité dans cette zone , il faut que tout ses brigands et bandits entretenu quelques fois par leurs parents soient jugé conformément à moi en vigueur. Mettre sur pied un comité de surveillance avec la population, délégué quartier et les forces de défense et de sécurité.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :