Tchad/Justice : quatre prévenus condamnés à mort pour l’assassinat d’une chinoise

Tchad/Justice : quatre prévenus condamnés à mort pour l’assassinat d’une chinoise

Quatre prévenus ont été condamnés à mort, ce lundi 27 août, lors de l’ouverture de la session criminelle spéciale à N’Djamena. Ils ont été reconnus coupables de l’assassinat de Wang LianFen, opératrice économique chinoise tuée le 14 juin 2018.

Il est ouvert ce 27 août 2018 à N’Djamena une session criminelle spéciale. Elle va statuer sur trois dossiers. A l’ouverture, la session a siégé sur le cas des assassins de l’opératrice économique chinoise, tuée le 14 juin 2018 à 19h, non loin du marché central de la capitale.

Djamal Abderaman Souleymane, Abbas Tom Irobi, Souleymane Ramadane Haggar et Abakar Barka May sont les prévenus dans l’assassinat de Wang LianFen. Aux termes de 7 heures de procès, ils ont été reconnus coupables d’acte de terrorisme et complicité d’acte de terrorisme. Cette qualification leur a valu la condamnation à la peine capitale en application de la loi anti-terrorisme, promulguée le 5 août 2015.

Au cours de l’audience, les condamnés ont reconnu avoir participé à l’organisation de l’assassinat mais qu’ils n’ont pas tiré sur la Chinoise. Selon eux, l’opération a été préparée pendant 10 jours : Djamal Abderaman Souleymane a été engagé pour trouver une voiture devant servir au transport des acteurs ; Abbas Tom Irobi, policer de son état, a mis son arme de service de marque Famas à la disposition des acteurs pour commettre leur forfait ; Souleymane Ramadane Haggar, militaire de la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’Etat (DGSSIE), a joué le rôle d’auxiliaire de ceux qui ont tiré sur MmeWang LianFen ; Abakar Barka May, lui, est le marabout de la bande, chez qui l’arme ayant servi à l’assassinat a été retrouvée.

Une “justice à deux vitesses”, selon la défense

Après le verdict, l’un des avocats des condamnés, Me Alain Kagombé, a trouvé la condamnation “catastrophique” et que “la justice tchadienne évolue à deux vitesses” : “On ne peut pas comprendre que les assassins des prisonniers en partance pour Koro Toro ne soient pas condamnés à la peine de mort et qu’un groupe de bandits tue une Chinoise et soient condamnés à la peine capitale. Notre justice a deux couleurs, blanche et noire.”

Trois des quatre condamnés ont moins de 35 ans révolus et le marabout est âgé d’une quarantaine d’année.

Il faut rappeler que le 14 juin dernier, aux environs de 19h à la veille de la fête du Ramadan, Mme Wang LianFen, opératrice économique à N’Djamena, a été assassinée devant chez elle, dans le deuxième arrondissement. La ressortissante chinoise a résisté à ses agresseurs et ceux-ci ont fini par lui tirer 9 balles, selon la police.

Un commentaire

  1. Moudine Armel
    29 août 2018 at 6 h 54 min Répondre

    La justice du Tchad vient de démontrer qu’elle est injuste.
    Veulent montrer au yeux du monde que au Tchad on n’a une justice qui juge. Mais là ,c’est de l’injustice…

Laisser un commentaire