dimanche 24 octobre 2021

Tchad : « 61 ans de dialogue stérile et d’occasions manquées », l’historien Arnaud Dingammadji

La Haute autorité des médias et de l’audiovisuel (HAMA) organise du 25 au 26 août 2021 à N’Djamena un atelier sur « le rôle et les missions des médias dans le processus du dialogue national inclusif ». La première communication sur l’évaluation et l’analyse des processus de dialogue au Tchad de 1960 à 2021 a été faite par l’historien Arnaud Dingammadji.

Selon l’historien, Arnaud Dingammadji, depuis l’indépendance, il y a eu une trentaine d’initiatives de dialogue qu’il a regroupé en trois périodes : Tombalbaye-Malloum de 1960 à 1979 (congrès d’Abéché puis de Fort Archambault 1 et 2 sous Tombalbaye ; les accords de Khartoum, les rencontres de Kano 1 et 2 et de Lagos 1 et 2 entre le Conseil supérieur militaire et le Conseil de commandement des forces armées du Nord) ; Goukouni-Habré de 1979 à 1990 (les rencontres d’Addis-Abeba, de Brazzaville 1 et 2, de Bamako, de Lubomo) et Idriss Déby de 1990 à 2021 (Conférence nationale souveraine, table ronde de Franceville, les mini-dialogues ayant conduit à la démocratie consensuelle et participative et l’accord politique du 13 août 2007, et les deux fora de 2018 et 2020).

Ainsi, pour Arnaud Dingammadji, le Tchad est « champion africain » en nombre de dialogue mais globalement le bilan est négatif. C’est donc « 61 ans de dialogue stérile et d’occasions manquées », indique-t-il.

L’historien a énuméré plusieurs causes qui ont fait échouer les différentes initiatives de dialogue :

  • Conception du dialogue par le dirigeant en place ;
  • Démarche qui manque de sincérité et de bonne foi ;
  • Déviation des recommandations ;
  • Exclusion de certains acteurs ;
  • Attitude intransigeante des opposants ;
  • Raisons de sécurité ;
  • Ingérences extérieures ;
  • Tempérament tchadien, prompt à la violence considéré comme un acte de bravoure tandis que le dialogue est vu comme un acte de faiblesse ;
  • Ambitions personnelles des acteurs ;
  • Non-respect de la signature et de la parole donnée ;
  • Manque de confiance, suspicion ;
  • Partage inéquitable de postes.

Pour autant, Arnaud Dingammadji estime que tout n’est pas perdu. Car, relève-t-il, les Tchadiens sont attachés à la paix, au vivre-ensemble mais ils subissent les actions des élites. C’est pourquoi, prévient-il, après les ratés du passé, le dialogue de 2021 est une occasion à ne pas manquer pour enraciner la paix, la démocratie et construire un avenir prospère.

Laisser un commentaire

économie

توقعات ارتفاع أسعار المعيشة بالمدن الشرقية للبلاد

يتوقع معظم سكان مدن الولايات الشرقية للبلاد خلال هذا العام ارتفاع أسعار المعيشة نتيجة قلة هطول أمطار هذا الموسم في أغلب ولايات تشاد ،الأمر...

Grande interview : « Nous avions fait de notre mieux pour que l’argent public ne puisse pas servir des intérêts privés » Korom Ahmed

Korom Ahmed est l’un des cadres tchadiens qui a servi le pays avec abnégation, loyauté et courage. Tchadinfos s’est entretenu avec lui sur son...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 4

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
474 votes · 475 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité