Soudan : Omar El-Béchir, de la résidence surveillée à la prison de Khartoum

Soudan : Omar El-Béchir, de la résidence surveillée à la prison de Khartoum

L’ancien président soudanais, Omar Hassan El-Béchir, destitué par le conseil militaire de transition le 11 avril, a été transféré dans la prison de Kobar, sis à Khartoum. L’information a été relayée par les proches de l’ex homme fort de Khartoum.

Arrivé à la tête du Soudan suite à un coup d’Etat militaire en 1989 et destitué suite à une forte manifestation ce 11 avril, l’ancien dirigeant soudanais est placé en résidence surveillée jusqu’à ce jour. A 75 ans, Omar El-Béchir était détenu par les militaires depuis son arrestation.

LIRE AUSSI : « la situation ne respecte pas la charte de l’Union africaine », affirme Moussa Faki

Selon des témoins contactés par nos confrères de France 24, le secteur de cette prison du nord de Khartoum a connu mercredi un important déploiement de soldats et de membres de groupes paramilitaires. « Il y a des troupes dans des véhicules chargés de mitrailleuses près de la prison », a indiqué un témoin à l’Agence française de Presse.

LIRE AUSSI : une première nuit sans Omar El-Béchir comme président

L’organisation internationale pour la bonne gouvernance et les droits de l’homme, Amnesty International, a, de son côté, réclamé à l’armée le président  afin qu’il soit jugé à la Cour pénale internationale (CPI). Faut-il le souligner, la CPI a émis contre le président déchu, deux mandats d’arrêt pour « crimes de guerre », « crimes contre l’humanité » et « génocide » au Darfour. L’Ouganda a fait savoir ce mardi qu’il pourrait examiner une demande d’asile de l’ex président Omar s’il était approché à ce sujet.

Laisser un commentaire