Hydrocarbures : la raffinerie de Djermaya manque de stock de gaz

Hydrocarbures : la raffinerie de Djermaya manque de stock de gaz

Le ministre du Pétrole et de l’Energie, Mahamat Hamid Koua, accompagné d’une équipe de techniciens, a effectué une descente ce mercredi à la raffinerie de Djermaya pour s’enquérir de l’état d’avancement de la révision technique des installations.

Premier constat fait ce mercredi 13 mars par le ministre du Pétrole et de l’Energie à sa descente à la raffinerie, le manque de stock de gaz butane.  Si les autres produits notamment l’essence et le gasoil sont suffisamment stockés pour couvrir le besoin national pendant la phase de la révision, il n’y a plus de stock de gaz butane pour alimenter les ménages. Le ministre du Pétrole et de l’Energie, Mahamat Hamid Koua, a assuré que toutes les dispositions sont prises pour combler le besoin en gaz. Selon lui,  des camions citernes chargés de gaz ont déjà quitté le Nigeria et le Cameroun. Bientôt le gaz sera disponible assure-t-il.

>Lire aussi : pénurie de gaz : le Tchad a déjà importé 40 citernes du Nigéria

Mahamat Hamid Koua renseigne que le chef de l’Etat a donné des instructions fermes pour que la pénurie soit jugulée. Dans toutes les unités de la raffinerie qu’il a visitées, en compagnie des techniciens de son département,  le ministre du Pétrole et de l’Energie a eu des explications de part et d’autre sur l’état d’avancement des travaux de révision.

La révision de la raffinerie  est de 52 jours. Après 18 jours les travaux ont avancé à  48%. La maintenance a démarré le 23 février dernier et doit prendre fin le 4 avril prochain.

>Lire aussi : la maintenance n’impactera pas sur l’approvisionnement en produits pétroliers liquides

Des ingénieurs chinois et tchadiens sont à pieds d’œuvre pour contrôler toutes les installations de cette raffinerie. Les pièces défectueuses sont aussitôt changées. Au centre de chargement de carburant des camions citernes sont en train d’être chargés. L’on informe que 20 citernes d’essence et 30 citernes de gasoil sont chargées quotidiennement.

Des citernes au point de ravitaillement en essence

A l’issue de sa visite le ministre a instruit les responsables de la raffinerie pour que les choses soient accélérées. Car, depuis un mois, les ménages tchadiens peinent à s’alimenter à cause de la pénurie du gaz butane.

Un commentaire

  1. MOUGA Blaise
    13 mars 2019 at 15 h 28 min Répondre

    Le bois et le charbon de bois que les tchadiens utilisaient depuis des siècles ont été interdits depuis le 12 Avril 2018 sous l’Arrêté N°022/PR/PM/MEEP/SG/DGRFFP/DFR/2018 en violation de la Loi N°36/PR/94 du 03/12/1994. Pour une bonne gestion, la Société doit faire de stocks pour le temps que durera l période de maintenance. S’il y a d’autres raisons louches à tenir, il y a lieu de tenir informer les populations. Pour un pays qui se respecte, une décision de ce genre sur l’interdiction de l’utilisation du bois doit être bien murie. Le Niger qui est plus désertique que le Tchad utilise toujours le bois et le charbon de bois. Un projet qui devrait résoudre ce problème d’énergie fut l’AEDE. Ce projet a permis aux autres pays sahéliens comme le Niger, le Mali, (etc.) à s’en sortir, parce que ces pays ont su gérer le projet. Aujourd’hui ce sont les pauvres populations tchadiens qui souffrent. Une catégorie de ces populations ne souffrent pas; même pas une seconde. Ce n’est pas sérieux pour une République digne de ce nom.

Laisser un commentaire