Union africaine : 8e Retraite sur la Promotion de la Paix, de la Sécurité et de la Stabilité

Union africaine : 8e Retraite sur la Promotion de la Paix, de la Sécurité et de la Stabilité

L’Union africaine (UA) tiendra sa 8ème Retraite sur la promotion de la paix, de la sécurité et de la stabilité en Afrique à N’Djamena le mardi, 24 octobre  2017. Le thème retenu pour cette édition est : « l’ordre mondial émergent, le multilatéralisme et l’Afrique ».

Les discussions de deux jours seront axées sur la quête de l’Afrique pour une coopération mondiale et régionale, afin de relever les défis mondiaux, y compris dans le domaine de la paix et de la sécurité. Elles permettront donc d’examiner le rôle critique de l’Afrique dans la définition et la mise en œuvre de l’Agenda mondial.

Les participants réfléchiront sur la signification du multilatéralisme pour l’Afrique; une position africaine commune qui défend un sentiment puissant d’identité partagée, nourri d’une histoire de sensibilité et d’activisme panafricains. Notamment, par des intérêts communs dans le règlement des problèmes du continent, et par des aspirations partagées de transformation politique, sociale et économique.

Cette huitième retraite permettra  également de parcourir un ensemble de défis auxquels l’Afrique est confrontée. Il entre autres des conflits, des pressions humanitaires et environnementales qui, seront mieux surmontés avec une action multilatérale. Les discussions porteront en outre, sur la nécessité pour l’UA et les Communautés économiques régionales (CER) d’agir de manière plus forte et mieux coordonnée pour prévenir et régler les conflits internes et inter-étatiques en Afrique.

La retraite de N’Djamena servira de cadre pour tabler sur la nécessité d’engager non seulement des mécanismes de très haut niveau, tels que le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, mais également un large ensemble d’institutions et d’instruments collectifs de pouvoir souple. C’est le cas par exemple du Parlement panafricain, du Groupe des Sages, du Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC) et de la Cour africaine de justice et des droits de l’homme (CAJDH), qui protègent les intérêts économiques, sociaux et environnementaux de l’Afrique.

Les participants comprennent d’anciens chefs d’État et des chefs d’État en exercice, le Président de la Commission, des hommes d’État des pays africains, des membres du Groupe des Sages de l’UA, des cadres supérieurs du système des Nations unies, les Envoyés spéciaux et les Représentants de l’UA et des CER, des Nations unies et de l’UE, des partenaires bilatéraux et des universitaires éminents.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :