Exclusivité : Mahamat Abali Salah donne les raisons de la suspension des autorités traditionnelles dans le Ouaddaï

0
19

Dans la soirée de ce 29 mai 2019, le ministre de l’Administration du Territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Mahamat Abali Salah, a suspendu le sultan de Dar Ouaddaï et plusieurs autres autorités traditionnelles de deux provinces. Il explique les raisons à Tchadinfos.

Selon le ministre de l’Administration du Territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, Mahamat Abali Salah, la suspension est arrivée lorsque les responsabilités sont situées

“ Nous avons commencé par les autorités traditionnelles parce que ce sont elles qui sont chargées d’animer, d’encadrer et d’orienter la population.  Nous nous sommes rendu compte que les soit-disant chefs sont très loin de leurs populations et contribuent très peu pour régler les conflits. Et nous, en tant qu’État, nous avons mis en place les autorités traditionnelles, c’est pour un travail, pour un résultat ” dit-il

Pour le ministre Mahamat Abali Salah, en plus des mesures de sécurité, notamment la mise en place des comités mixtes de désarmement et quelques récupérations d’armes, il est  utile de situer aussi les responsabilités : “ Nous sommes en train de voir aussi au côté de l’administration et des forces de sécurité, chacun doit s’assumer. Nous sommes là en tant que ministère avec tous les démembrements sécuritaires ou administratifs, c’est pour veiller sur le bien de la population”.

Selon le ministre de l’Administration du Territoire ,de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale, être un chef de canton ou sultan ce n’est pas un grade pour rester à la maison et laisser la population à son sort. ” Donc nous avons pris des mesures, nous pensons qu’il y a des graves manquements ”. affirme-t-il

Le général Mahamat Abali Salah trouve inacceptable que des dizaines de Tchadiens trouvent la mort car dit-il, “si toutes les autorités travaillent ça ne serait pas possible d’enregistrer une dizaine de morts dans une semaine et dans une province ”

Lire aussi : Tchad : Ouaddaïens et Arabes, deux communautés sœurs

Leave a Reply