Vidéo. Michael Koïbe dévoile les facettes du basketball tchadien

Vidéo. Michael Koïbe dévoile les facettes du basketball tchadien

L’international tchadien Michael Koïbe, l’ailier fort de l’équipe nationale de basketball, répond aux cinq questions de Tchadinfos.com. À travers l’interview, il révèle plusieurs anecdotes sur le basketball tchadien.  

 Qui est Michael Koïbe ?

S’il ne portait pas les couleurs du Tchad sur un terrain de 28 mètres sur 15, il serait difficile de dire qu’il est Tchadien. Malgré sa taille de Sao (1.98) et sa corpulence très imposante. Son agilité avec le ballon orange déroute tout observateur. Michael Koïbe, l’ailier fort de l’équipe nationale de basketball, attise du respect dans son domaine.

Comme la plupart des enfants de Koumra, dans la province du Mandoul, il s’est chaussé d’abord pour le football. Mais l’envie de jouer au basketball l’embrasse totalement en 2003. C’est torse et pieds nus que le lycéen a modelé l’art sous le regard de son coach Bingo.

En 2004, son arrivée à N’Djamena est entachée d’adversité. Quatre ans plus tard, il part au Cameroun où il a su perfectionner son jeu. Il s’envole ensuite pour Dakar. Un passage à vide. Il se décide alors de partir en Algérie et connaît un début de carrière prolifique. Les quatre sessions au pays de Fennecs ont permis au Sao de poursuivre ses études supérieures.

« Je me vois très mal en train de jouer sous les couleurs d’autres pays. Chanter l’hymne national d’un autre pays, ça doit être difficile. »

Malgré le temps passé, le rêve d’enfance est toujours le même : « Devenir pro ». Un engagement entretenu avec un caractère de travail impressionnant. Des heures et des heures d’entraînements par jour pour atteindre le NBA.

Sur ce rail, le guerrier tchadien compte plus de dix sélections toutes catégories confondues avec les Sao et est classé à deux reprises par la Fiba Afrique parmi les meilleurs basketteurs africains des éliminatoires de la coupe du monde en Chine.

-> Revoir : « Il faut croire à la culture tchadienne, il faut aimer… et je crois » Netoua Ernestine

Laisser un commentaire