Une fête de ramadan sans salaire, pas d’engouement dans les marchés

Une fête de ramadan sans salaire, pas d’engouement dans les marchés

À quelques heures de la fête du ramadan, dans les marchés de N’Djamena, les prix des gâteaux, des habits et des moutons ont augmenté.

Un tour dans les marchés nous a permis de constater que les prix des habits ne vont pas en deçà de 5.000 francs. Pour les biscuits, les prix passent du simple au double, ce qui n’est pas à la portée de toutes les bourses.

Selon Maïmouna Ousmane Abakar, vendeuse et fourreuse de gâteaux, la raison de cette flambée des prix c’est la rareté des œufs sur le marché, ce qui conduit à une hausse de prix. Le plateau d’œufs qui se vendait à 2.500 francs avant se vend désormais entre 5.000 et 6.000 francs.

Les consommateurs n’ont pas d’autre choix que celui de s’en procurer, ne serait-ce que le minimum nécessaire pour la famille, et au moins pour le 1er jour de la fête. C’est le cas de Moustapha Saleh Djarma, père de famille qui dit avoir puisé dans ses économies pour cela, vu que les salaires ne sont pas encore payés, alors que la fin du ramadan avance à grands pas.

Le prix du mouton quant à lui n’a pas connu de grand changement : les prix varient entre 25.000 et 100.000 francs. Les commerçants disent n’avoir pas réalisé beaucoup de ventes cette année parce que jusqu’ici, les fonctionnaires n’ont pas touché leurs salaires.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :