Le Tchad veut rééchelonner sa dette de 1,5 Milliards de $ contractée auprès de Glencore

 Le gouvernement du Tchad cherche à retarder le remboursement d’environ 1,5 milliards de dollars d’emprunts duent au consortium dirigé par Glencore Plc afin de conserver sa marge de manoeuvre budgétaire suite à l’éffondrement du prix du brut de pétrole et de son intervention dans la guerre contre Boko Haram au Nigeria.

Le rééchelonnement des remboursements d’avances sur les ventes de pétrole reçues en 2013 et 2014 permettra au gouvernement d’économiser  400 millions de dollars, selon un document du ministère des Finances présenté le mois dernier au Fonds monétaire international. Le document a été remis à Bloomberg par un fonctionnaire du dit ministère qui a demandé à conserver l’anonymat, car il n’a pas encore été rendu public.

« Les négociations pour un accord sont à un stade avancées, pour un total de 400 millions $, ce qui devrait permettre au Tchad de sauvegarder environ 150 millions de dollars du service de la dette et recevoir un revenu supplémentaire de pétrole estimée à 250 millions de dollars du projet Badoit, » selon le gouvernement dans le document . Le projet Badoit faisant réfèrence aux actifs en pétrole et gaz de la firme Chevron Inc. récemment acquis par le gouvernement l’année dernière au travers d’une transaction financée par Glencore et sujet de la dette en négociation.

Deux emprunts

Le Tchad a reçu une avance sur les ventes de brut de 1,4 Milliards de dollar de la part de Glencore en 2014 pour aider à financer l’acquisition par la Société des hydrocarbures du Tchad des actifs de Chevron, selon Linklaters, le cabinet d’avocats basé à Londres, qui a conseillé Glencore sur l’affaire. En 2013, le gouvernement a signé des accords pétroliers avec Glencore pour 600 millions de dollars, a indiqué le FMI. La majeure partie de l’emprunt  de 2013 a déjà été remboursé et un accord sur le rééchelonnement du restant devrait être trouver dans les prochaines semaines, selon une personne familière de la situation.

Cependant il est a noté que le Tchad a retardé un paiement de 60 millions de dollars l’an dernier sur l’emprunt 2013, selon des documents du FMI. Ce report a eu lieu alors que le prix du baril de pétrole était bien au-dessus de 100 dollars

Glencore, le deuxième plus grand négociant indépendant  en pétrole au monde, achète la totalité du brut vendu par le gouvernement du Tchad et a effectué des paiements représentant près de 16 pourcents des recettes totales du gouvernement en 2013, selon un rapport parut en Juillet dernier de l’Institut sur la gouvernance des ressources naturelles basée à New York. L’année dernière, la société a acheté la société canadienne Caracal Energy Inc. pour environ 1,35 milliards de dollars pour prendre le contrôle des actifs pétrolier et de gazier de cette société au Tchad.

Le rééchelonnement de la dette

Le rééchelonnement prévu était « la pièce fondamentale nécessaire » pour le Tchad le mois dernier pour obtenir 1,1 milliard de dollars d’allégement de sa dette nationale après avoir atteint les objectifs fixés par le FMI dans le cadre du progragramme PPTE, a déclaré James Knight, l’ambassadeur américain au Tchad. »Le fait qu’ils soient conciliants à cet égard représentera un avantage à long terme pour les relations de Glencore avec le gouvernement Tchadien, » a-t-il déclaré dans une entrevue le 30 Avril dans la capitale, N’Djamena.

Le programme budgétaire 2015 du Tchad se basait sur un prix du pétrole à 65 $ le baril. Alors que le Brent a perdu près de 54% depuis son pic de $ 109,76 le baril en Juin 2014. Le 8 mai 2015, il s’échangeait à $ 65,39 le baril sur la bourse ICE Futures Europe basée à Londres. Le pétrole représente 70% des revenus du gouvernement du Tchad.

Selon le ministre des Finances du Tchad Kordje Bedoumra le potentiel pour une baisse du prix du pétrole avait été pris en compte dans les contrats lorsque les prêts ont été négociés. « Il se pourrait que la période de remboursement de la dette due à Glencore soit plus longue que les quatre années prévues dans le contrat et cela est également prescrit contractuellement, » a-t-il déclaré dans une entrevue.

Campagne militaire

La baisse des revenus du pétrole pourrait entraîner une réduction de 20% des investissements financés par les ressources intérieures du Tchad et également 50% de réduction des dépenses en biens et services, selon la Banque mondiale le mois dernier. Le pays est confronté à un déficit de financement de près de 217 milliards de francs CFA (370 millions de dollars), soit 4% du PIB hors-pétrole selon l’institution basée à Washington.

Le déficit prévu « ne comprend pas l’impact financier de la campagne militaire en cours contre Boko Haram dans la région », a déclaré la Banque mondiale. Les forces tchadiennes ayant rejoint en Janvier une offensive régionale contre Boko Haram, le groupe militant qui cherche à établir un État islamique au Nigeria et dont l’insurrection au cours des six dernières années a tué au moins 13.000 personnes, selon le gouvernement Nigérian. Les accords signés entre le gouvernement du Tchad et Glencore autorisent un rééchelonnement dans le cas d’une baisse du prix du pétrole, selon le ministre du pétrole Djerassem Le Bemadjiel dans une entrevue à N’Djamena.

Source Bloomberg.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :