Tchad : Un groupe de jeunes stylistes vient en aide à la Coopérative de tissage manuel

Tchad : Un groupe de jeunes stylistes vient en aide à la Coopérative de tissage manuel

SOCIÉTÉ – La Coopérative de tissage manuel féminin,  dans le premier arrondissement de la ville de N’Djamena,  a accueilli, ce 3 octobre, un groupe de jeunes stylistes. L’objectif de cette visite est de soutenir les femmes de cette coopérative qui vivent une situation déplorable.

Un bâtiment délabré, certaines parties des toits enlevées par le vent, cour inondée et colonisée par les herbes, matériels en panne, le local de la Coopérative de tissage manuel féminin (Cotimaf), située à Farcha dans le 1er arrondissement de N’Djamena, est fortement dégradé. Cette situation, loin d’être rose a motivé un groupe de jeunes stylistes.

Ce 3 octobre, Sister Designs, Sy élégance, Zinette fashion et Rimbar chic, ont décidé de donner un coup de main à ces femmes qui travaillent dans des conditions difficiles. Les jeunes se sont attelés au nettoyage des locaux et à l’évacuation des eaux stationnées un peu partout dans la cour et aux alentours des bâtiments. Macka Cherif Mahamat, représentant de ce groupe de jeunes stylistes, saisit l’occasion  pour exhorter les autres jeunes soucieux du développement du Tchad, à leur emboiter les pas pour soutenir cette coopérative qui fait vivre beaucoup de femmes. 

Koussa Tagbo, présidente de la Cotimaf, remercie ces jeunes  pour leurs actions. Cet acte, dit-elle, prouve l’amour de ces jeunes en ce travail de production des tissus traditionnels. Par ailleurs, Koussa demande aux  autorités tchadiennes de les aider en construisant un nouveau bâtiment et de les renforcer en matériels de travail pour le bon fonctionnement de cette richesse que le Tchad exploite très peu.

« Je ne peux cacher mon émotion  vu l’état de ce bâtiment  et des matériels usés sans aucun soutien de la part d’une personne. Ça fait un peu mal. Un premier pas vient d’être fait aujourd’hui par ces jeunes stylistes. C’est un acte encourageant. Nous avons toutes choses (tissus, ndlr) chez nous alors pourquoi commander les tissus et torchons dans d’autre pays ? Ces jeunes peuvent valoriser les produits de chez nous », affirme pour sa part Adam Ismaël, l’ambassadeur des jeunes entrepreneurs au Tchad. Il exhorte en suite toutes les bonnes volontés à aider ce centre à avoir un cadre idéal pour le travail.

Pour Djibrine Mahamat Abdelkerim, maire de la commune  du 1er arrondissement de N’Djaména, l’acte de ces jeunes stylistes est à encourager. Il souhaite que les autres jeunes font autant car l’union fait la force. Il promet en outre de venir en aide à la Cotimaf pour l’encourager à valoriser les produits du Tchad.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :