Tchad : qui sont les avocats de Mahamat Nour Ibedou ?

Tchad : qui sont les avocats de Mahamat Nour Ibedou ?

JUSTICE – Le militant des droits de l’homme Mahamat Nour Ibedou, mis sous mandat de dépôt le 4 décembre dernier, est défendu par un collectif d’avocats étrangers et nationaux. Qui sont-ils ?

Convoqué ce 3 décembre à la police judiciaire pour une affaire de diffamation, le militant des droits de l’Homme Mahamat Nour Ibedou a été mis sous mandat de dépôt après une requalification de faits. Celui-ci a été emprisonné pour meurtre et complicité de meurtre après plusieurs heures de débats chez le juge d’instruction.

C’est un collectif d’avocats dont des étrangers et des nationaux qui défend le dossier. Ils sont au total sept notamment Delphine Djiraibé, avocate à la cour d’appel de N’Djamena, Ndilyam Mouadjimtog, avocat gérant chez Abdou, Lambi Soulgan, Mahamat Hassan et Jacqueline Moudeina, tous de nationalité tchadienne.

Ajouter à eux, Dominique Tricaud, ancien membre du conseil de l’ordre des avocats de France, ancien secrétaire de la conférence internationale du barreau et enfin Vincent Fillola, avocat à la cour d’appel de Paris, actuel président des avocats sans frontières.

  • Dominique Tricaud

Dominique Tricaud, né en 1955 à Paris, France, est un avocat dont la renommée aux États-Unis tient au fait qu’il soit l’avocat de la défense à Paris, en France, d’Ira Einhorn, le célèbre environnementaliste, condamné par contumace pour meurtre. Tricaud a affirmé qu’il n’avait jamais perdu un cas d’extradition et que « les Français ne renverront pas un homme dans un pays barbare où il a été jugé sans être présent pour se défendre ».

A lire : visite des avocats à Mahamat Nour Ibedou et Martin Inoua Doulguet

Assis les jambes croisées, devant une rangée d’épais codes juridiques, Maître Tricaud touille son café avec la branche de ses lunettes. A plus de soixante ans, ce ténor du barreau a compté parmi ses clients le Ministère A.M.E.R, Sniper, Sinik ou Alibi Montana. Une carrière d’avocat de MC français commencée au début des années 90 après avoir fait innocenter Passi, alors « mouillé dans une histoire de meurtre en banlieue ».

  • Jacqueline Moudeina

Jacqueline Moudeina est une avocate et militante des droits de l’homme. Depuis 1998, elle travaille sur le dossier des victimes d’Hissein Habré, ce qui lui a valu des menaces, et blessée dans un attentat. Mi-2015, elle intervient dans le procès de l’ancien dirigeant du Tchad, à Dakar.

  • Soulgan Lambi

Me Soulgan Lambi et Me Delphine K. DJIRAIBE, tous deux avocats au Barreau de N’Djamena n’ont pas très longtemps signé un communiqué pour dénoncer les manœuvres des avocats de l’ancien dictateur tchadien. Soulgan Lambi fait partie de l’un des avocats qui ont défendu l’affaire des victimes d’Hissein Habré.

  • Delphine Djiraibé

Delphine Djiraibé est née le 1er décembre 1960 à Koumra, sixième ville du Tchad par le nombre d’habitants, située dans la partie sud de ce pays. Elle obtient son baccalauréat à Moundou et un diplôme en droit à l’Université Marien-Ngouabi (en République du Congo) en 1989.

Lorsqu’elle revient dans son pays natal après ses études, elle y constate la famine et la pauvreté généralisées parmi la population. Elle découvre aussi les crimes de l’ex-président, Hissein Habré, avec l’ouverture des prisons de la Direction de la documentation et de la sécurité (DDS), la police politique du régime renversé par Idriss Déby en décembre 1990. Ces constats la motivent à devenir une militante des droits humains et à fonder l’Association tchadienne pour la promotion et la défense des droits humains.

  • Mahamat Saleh Abakar

Mahamat Saleh Abakar, avocat au Tchad est par ailleurs l’ancien président de la Commission d’enquête sur les crimes et détournements de l’ancien président tchadien, Hissein Habré. Il fut l’un des avocats qui ont défendu l’affaire Ibni Mahamat Saleh.

Lire aussi : “Ibedou doit être libéré avant le samedi sinon…”, mettent en garde ses avocats

  • Ndilyam Mouadjimtog

Ndilyam Mouadjimtog est le plus jeune avocat dans ce panel. Pour rappel, il a assuré la défense des journalistes dont Martin Inoua dans l’affaire de diffamation contre Mme Toupta. Il fait partie aujourd’hui du collectif des journalistes qui défendent le dossier Mahamat Nour Ibedou.

  • Me Vincent Fillola

Et enfin, Me Vincent Fillola, avocat au Barreau de Paris depuis 2014, spécialisé en droit pénal, en droit des affaires et en droit de l’économie sociale et solidaire, et exerçant actuellement à titre individuel. Vincent co-préside également l’association Avocats sans frontières France

L’affaire de Mahamat Nour Ibedou est en attente. Pendant ce temps, ce collectif d’avocat mobilise les ressources pour le faire sortir. Il faut noter que la participation des avocats étrangers est plus un signe de solidarité et de soutien.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :