Tchad : Papa Téra, le sexagénaire toujours actif dans la sphère culturelle tchadienne

Tchad : Papa Téra, le sexagénaire toujours actif dans la sphère culturelle tchadienne

PORTRAIT – A 66 ans, Téra Mbayaye alias Papa Téra fait toujours parler de lui dans le milieu culturel tchadien. Il est polyvalent et s’intéresse à tout ce qui a trait à la culture. Mais qui est donc ce sexagénaire aux multiples talents ?

C’est à l’âge de 10 ans qu’il a mis pour la première fois pieds à l’école. Arrivé en classe de 4e, il a décidé de tourner le dos à l’éducation scolaire. Aujourd’hui, âgé de 66 ans, ce vétéran de la musique tchadienne est bourré de talents. Si ses parents l’appelaient Téra Mbayaye, ses fans l’appellent affectueusement Papa Téra. L’homme a un parcours attrayant et atypique.

Ancien leader du groupe choc présidentiel

En 1983, il était membre de la troupe théâtrale Brahim Seid à Bodo, ce qui lui a permis de se familiariser très vite avec le public. Dès 1986, Téra Mbayaye a décidé de se lancer dans la musique en prenant la tête de l’orchestre oriental Star à Doba, dans la région du Logone oriental, située au sud du Tchad. Un an seulement après, soit en 1987, il a été appelé par l’ancien président Hissein Habré pour diriger le groupe choc présidentiel, comme animateur permanent.

C’est son engagement dans le groupe choc qui a fait naitre en lui un grand amour pour la musique. De 1986 à nos jours, l’homme a composé 150 chansons plus un album de 8 titres. Il nous fait un a cappella de l’un de ses titres.

Un conteur professionnel

Il n’est pas seulement musicien, il est aussi un grand conteur. « Je reste conteur, spécialiste des contes et légendes », dit-il avant de préciser « j’associe le conte à la musique ». Bien que la musique lui procure quelques avantages pécuniaires, ce sexagénaire a également des « à-côtés » qui lui permettent de vivre. « La musique ne nourrit pas son homme au Tchad…je ne compte pas tellement sur la musique », a-t-il l’habitude de dire.

Il est conteur à l’Institut Français du Tchad (IFT), à la radio FM Liberté et dans une école privée de la capitale mais pas seulement…

Papa Téra est aussi agriculteur et artisan

En plus de la musique et du conte, il consacre 3 jours par semaine pour s’occuper de l’agriculture, à 40 kilomètres de la ville de N’Djaména. Malgré son âge, Papa Téra ne semble pas être fatigué comme la plupart des hommes de troisième âge. « C’est surtout grâce à l’agriculture que je vis », confie-t-il.

Le maximum de ses moyens financiers provient de ses œuvres artisanales. Très organisé, ce mordu de la culture s’arrange à passer quelques temps dans son atelier de meubles rustiques où il fabrique des chaises, des bancs et tables à l’aide des feuilles mortes des rôniers.  

Conscient que la musique tchadienne demeure toujours au niveau le plus bas et qu’elle permet pas à son homme de vivre, Téra Mbyaye pense former les jeunes en artisanat pour leur permettre de se prendre en charge.  

Laisser un commentaire