Tchad : N’Djamena compte ses morts

Tchad : N’Djamena compte ses morts

La dernière semaine du mois de mars ainsi que le début du mois d’avril 2017 ont été particulièrement sombres à N’Djamena. La capitale a enregistré en une semaine une dizaine de morts. Six morts à Farcha, dont trois officiers de l’armée nationale et trois jeunes fraudeurs tués par un douanier.  Trois autres corps ont été retrouvés sans vie à Gaoui dans le deuxième arrondissement. Un autre corps sans vie d’un jeune d’une vingtaine d’années a été retrouvé sur les berges du Chari. Un cadre supérieur de la société tchadienne des eaux (STE) assassiné chez lui en pleine nuit. C’est une série noire qu’a connue la capitale.

Même si les causes de ces morts sont différentes, les unes des autres, le moyen restent le même dans la majorité des cas, tirs d’arme à feu. Les trois jeunes fraudeurs ont été tués par les tirs d’arme à feu d’un douanier. Suite à une altercation souvent banale entre contrebandiers et douaniers, un douanier ouvre le feu et tue sur-le-champ les trois personnes et blesse d’autres. La tension a été vive et le poste des douanes a été brûlé.

Les trois officiers de l’armée nationale tchadienne ont fait aussi usage de leurs armes à feu. Bilan, trois morts et un blessé. Même si le mobile de leur acte reste une affaire purement administrative parce qu’il aurait été question d’une affectation, l’usage d’arme ne devrait pas prévaloir. Une affectation peut être toujours revue si l’intéressé présente une requête justifiant son refus d’aller au nouveau poste. Malheureusement, les frères d’armes ont réglé leur compte à la manière d’une vendetta digne d’un Western.

Alors que les esprits sont encore marqués par cet acte ignoble passé en plein jour à Farcha où un douanier tue trois jeunes d’une même famille, des officiers de l’armée se tirent dessus dans ce même quartier et un peu loin, dans une autre extrémité, l’on découvre trois autres cadavres dont les signes de balles sur le corps montrent qu’ils étaient abattus à bout portant. Mais, l’enquête pourra mieux nous édifier.

À Ndjari c’est un cadre de la STE qui a perdu la vie dans un scénario qui a tout d’un acte crapuleux. Tard dans la nuit un groupe d’hommes escalade le mur de la maison de M. Haggar, l’attache lui et sa femme. Le groupe de malfrats ôte la vie à ce père de famille et prend la poudre d’escampette.

La police a fait savoir qu’hier en après-midi le corps d’un jeune homme a été retrouvé sans vie sur les berges du Chari. Le corps a été ramené à la morgue pour identification et autopsie.

Les habitants de la capitale qui semblent renouer avec la quiétude depuis plusieurs mois commencent à s’inquiéter de cette recrudescence de la violence.

3 Commentaires

  1. Seid
    3 avril 2017 at 21 h 30 min Répondre

    Je demande aux imams ,les pasteurs et les animistes d’organiser des journées de prière et prèchés dans les mosquées,les églises et autres pour que le Tout Puissant nous accorde une paix durable dans notre chers et beau pays le Tchad.

    • Seid
      3 avril 2017 at 21 h 56 min Répondre

      Autre solution,je demande au gouvernement de procèder au désarmement de tout citoyen qui detient une arme d’une manière illégale
      .En plus il doit renforcer la sécurité avec une force mixte ( police,gendarme,GNNT et ANt) dans tout les rond-points et les peite ruelle isolées tout en fouillant un systèmatiquement tout véhicule ou un engin qui se promène la nuit à partir de 21h jusqu’ à l’aube.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :