Tchad : l’ONAT met de l’ordre dans l’exercice de la profession d’architecte

Tchad : l’ONAT met de l’ordre dans l’exercice de la profession d’architecte

Celui qui exerce la profession d’un architecte sans toutefois s’inscrire à l’Ordre national des architectes du Tchad (ONAT) sera exposé à des poursuites judiciaires. Telle est la mise en garde du conseil de l’ONAT lors du point de presse tenu ce 18 septembre.

 L’objectif de ce point de presse est de clarifier les choses sur l’exercice de la profession d’architecte au Tchad. Des réponses à des questions telles que : quel est le rôle d’un architecte dans la société ? En quoi un architecte est différent d’un ingénieur ? Pourquoi il faut faire appel à un architecte et quel risque court-on en ne le faisant pas ?  Ont été apportées.

Voulant mettre de l’ordre dans l’exercice de cette profession, l’ONAT met en lumière le décret 698/PR/MATUH/2012 qui stipule en son article 7 que « Nul ne peut exercer la profession d’architecte au Tchad, s’il n’est inscrit au tableau de l’ordre des architectes. »  En vertu de cet article, le conseil de l’ONAT met en garde ceux qui exercent cette profession sans se conformer aux dispositions de ce décret. « La profession de l’architecte est une profession reconnue », déclare Hayatte Abderahim Ndiaye, présidente du conseil de l’ONAT. « Toute personne morale ou physique qui proposera des services d’architecture, à travers les médias, les réseaux sociaux… sans être inscrite au tableau de l’Ordre s’exposera automatiquement à des poursuites judiciaires pour usurpation de titre et de fonction », avertit Hayatte Abdderahim Ndiaye en se référant  à l’article 90 du décret règlement la profession de l’architecte.

La présidente fait également savoir au public que les conditions sont les mêmes pour les architectes étrangers qui veulent bien exercer au Tchad. «  En ce qui concerne les architectes étrangers voulant bien exercer au Tchad, ils ont pour obligation de s’inscrire au tableau de l’ONAT à titre individuel, et sous condition d’être en association avec au moins un architecte tchadien, lui-même inscrit et participant à au moins 50% de leur association (art.84). »

Par cette mise au point, le conseil de l’ONAT veut à toute urgence mettre la rigueur dans l’exercice de la profession d’architecte au Tchad. L’architecte promeut une qualité excellente dans la conception architecturale et il contribue au bien-être de la population. C’est pourquoi la conception architecturale et son insertion harmonieuse dans son environnement naturel et urbain sont d’intérêt public donc il faut la préservation.

Noudjimadji Perline, stagiaire

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :