Tchad : les raisons du mouvement d’humeur des étudiants du campus de Toukra

ÉDUCATION – Les étudiants du campus de Toukra manifestent ce lundi 10 février. Ils revendiquent l’amélioration des conditions d’études.

Il est 9h. Vent poussiéreux et brouillard rendent la visibilité un peu réduite. A l’entrée principale du campus universitaire de Toukra, la température n’est pas normale. Etudiants et policiers prennent position.  « Allons au front, manifestons » lancent les étudiants. La Police ne s’est pas fait prier pour stopper la manifestation. Une pluie de gaz lacrymogènes s’abat sur le campus. Débordé, une intervention du GMIP surgit. C’est le sauve qui peut. Chacun prend la direction qui lui semble bon. Des sacs à dos, des paires de chaussures et autres articles sont abandonnés sur le lieu.

En effet,  les étudiants réclament

-la réhabilitation de la bourse d’équipements

-l’amélioration de la bibliothèque et les conditions de transport

-la réouverture des toilettes fermées à cause du manque d’hygiène ;

-l’augmentation des tables bancs ;

– l’accès à l’Internet (wifi) sur le campus ;

-réouverture du restaurant moderne du campus ;

-l’augmentation des bus ;

-l’ouverture du logement ;

-la sonorisation dans les amphithéâtres 

Ces revendications ont été listées à l’assemblée générale tenue le 23 janvier 2020 par les étudiants. Un délai allant du 3 au 10 février 2020 a été accordé aux autorités en charge de l’enseignement supérieur de répondre à ces préoccupations. L’expiration du préavis a donné lieu à la manifestation de ce lundi 10 février.

À l’heure où nous sommes, la manifestation continue encore.

Djimhodoum Serge

5 Commentaires

  1. Ibrahim adoum
    10 février 2020 at 12 h 07 min Répondre

    Le gouvernement tchadien n’a jaimais l’intention d’aide les étudiants. Ils sont tous corrompus mdr.

  2. Lodingam martaial
    10 février 2020 at 14 h 06 min Répondre

    Ou est le mal de leur demande jusqu’à pour que la police tire a balle réelle sur ces enfants.on étudie a l’extérieur les gens nous traitent bien mais quand on étudie chez nous on nous tuent c’est quelle merde ça

  3. Idriss
    10 février 2020 at 18 h 33 min Répondre

    Manifestons toujours, où sont les autres universités (Abéché,Mondou,ATI, Mongo….?

  4. Abdelkader
    10 février 2020 at 21 h 06 min Répondre

    Cordialement vous avez raison,continuez ,nous étions pas parceque nous ne sommes pas au pays à cause de toutes ces conditions non favorables,vive les tchadiens

  5. Ismail
    11 février 2020 at 21 h 51 min Répondre

    C’est vrai que les etudiants reclamment leurs droits et l’etat leurs donneras ds reponses á son tour. Maintenant soyons un peu objectif sur certains points tels que l’augmentation des nombres des bus et leurs reparations. Qui les a detruits? Ce sont ces memes etudiants… Ces memes etudiants ontbñ cassés les vitres, les portieress et ne se soucient point de ces bus. Alors pour quoibeux meme ils ne prennent pas leurs responsabilités? Non mais didons on ne peux point etre etudiant et inconscient jusqu’@ cet hauteur. Je suis d’accord que l’etat leurs augmente le nombre des bus mais á condition qu’ils s’engage á ne pas le detruire et les entreteniR

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :