Tchad : Les pleureuses au cœur du projet de Matibeye Genevieve

Tchad : Les pleureuses au cœur du projet de Matibeye Genevieve

L’artiste Matibeye Géneviève a organisé une conférence de presse ce 20 septembre au siège de l’ACAMOD à N’Djamena. Cela en prélude de la résidence de création sur le « Noon Pah » qui débutera ce vendredi 21 septembre.

La résidence de création sur le « Noon pah » qui se tiendra du 21 septembre au 12 octobre à N’Djamena est la seconde phase du projet de recherche de l’artiste Matibeye Géneviève sur les femmes « pleureuses ». La résidence est encadrée par la pianiste Claudine François. Ce projet est, d’après l’artiste, une manière de valoriser les pleureuses qui sont en voie de disparition. Cette résidence se terminera par un concert de restitution à l’Institut français du Tchad (IFT).

« Le concept « Noon Pah » est un projet qui fait son chemin depuis deux ans. A l’étape actuelle du projet, il est important de dire où on va. Quand on dit « Noon Pah », il faut voir un peu les pleureuses traditionnelles. Dans nos sociétés africaines, elles ont leur rôle à jouer dans les cérémonies de deuil, d’intronisation, de sacrifice, de mariage. Elles jouent le rôle du griot », explique l’administrateur général du projet, Nelde Calvin.

Des recherches menées par l’artiste Matibeye avec ses conseils lui ont fait comprendre qu’il est « important de repartir à la base » pour vendre de la musique typiquement tchadienne au monde. « Ce style a touché notre artiste Matibeye et depuis deux ans nous travaillons sur le projet « Noon Pah » pour valoriser ce que font ces femmes et chercher à développer ce style musical propre à nous, propre au Tchad. Un style musical original », affirme-t-il.

A cet effet, l’artiste et son équipe ont effectué un long voyage dans le sud du Tchad. « En mai, nous avons effectué une mission au sud du pays dans quelques régions, le Mandoul occidental, les deux Logones, le Mayo Kebi est. On devrait aller sur les autres régions mais il y avait un souci d’accessibilité. En temps normal, la deuxième phase de recherche sur le terrain devrait se faire dans le Nord du pays », informe Nelde Calvin. Un album sanctionnera ce projet.

Laisser un commentaire