Tchad : les autorités interdissent la mendicité aux ronds-points de N’Djamena

Tchad : les autorités interdissent la mendicité aux ronds-points de N’Djamena

SÉCURITÉ – Pour lutter contre l’insécurité à N’Djamena, les autorités ont pris des mesures parmi lesquelles l’interdiction de mendier aux ronds-points.

L’insécurité prend une proportion inquiétante dans la capitale tchadienne et il est difficile de connaître les criminels. Les assassinats de ce début de l’année ont laissé indifférents les N’Djamenois. Le porte-parole de la Police, Paul Manga, appelle la population à collaborer avec les forces de l’ordre car dit-il ces criminels « sont dans les maisons, les carrés et les quartiers ».

A RELIRE : une fois de plus une femme a été violée et tuée à N’Djamena

Mais le ministre de la Défense nationale et de la Sécurité publique, Mahamat Abali Salah, va encore plus loin. A la sortie d’une réunion sur la sécurité qu’il a dirigé ce mercredi 26 février 2020 dans son cabinet, il a déclaré que la mendicité « crée de l’insécurité et cette insécurité, c’est notre responsabilité de la contenir ».

Il est décidé lors de cette réunion des responsables de la sécurité publique que les ronds-points soient vidés des mendiants.

Bien que le phénomène de la mendicité devienne préoccupant dans la ville, les citoyens apprécient diversement cette solution prise par les autorités. Si certaines personnes comme Kemsol Olive, étudiante en Master 2 à l’Université de N’Djamena pensent que « cette décision est salvatrice », d’autres à l’image de Tormal Eugénie croit que la cause de l’insécurité est ailleurs. « Résoudre le problème de la mendicité est une très belle chose mais il faut encore plus assurer la sécurité », s’exprime-t-elle.

Laisser un commentaire