Tchad : les architectes réunis à N’Djamena pour penser les villes africaines du futur

ARCHITECTURE – Les travaux de la table-ronde internationale d’architecture ont commencé ce jeudi à N’Djamena. Les échanges des experts lors de cette rencontre porteront sur les « villes africaines de demain».

Les assises internationales des architectes sur « les villes africaines du futur » sont ouvertes ce jeudi 7 novembre à N’Djamena. Elle est une initiative de l’Ordre national des architectes tchadiens (ONAT). Cette table-ronde se déroule dans un contexte où la population africaine aura doublé d’ici 2050 et que 6 Africains sur 10 seront des citadins.

Ainsi pour la présidente de l’Ordre national des architectes du Tchad, Hayatte Ndiaye, les villes ne doivent pas être vues comme un ensemble d’infrastructures mais aussi comme des établissements humains avec des besoins à satisfaire. Cela doit inciter à proposer une nouvelle approche où le bien-être de l’homme est au cœur des propositions des infrastructures.

«  Les actions d’aujourd’hui auront des impacts réels sur la qualité de l’habitat de demain. L’efficience de nos actions est une condition essentielle à la réussite des projets urbains. Par la pratique de notre métier, nous les professionnels avons le devoir d’influencer positivement la vie des gens. Cette table ronde est une occasion inédite de réunir tous les acteurs concernés autour d’un enjeu commun : celui du devenir de nos villes », indique Hayatte Ndiaye, à l’ouverture de la cérémonie.

A RELIRE : les 1ères assises sur “les villes africaines du futur” se tiendront à N’Djamena

Enfin, le représentant du ministre de l’Aménagement du territoire, du Développement de l’habitat et de l’Urbanisme, Allayna Yacoub a fait un exposé du développement urbain que le Tchad a connu. Au Tchad, tous les établissements humains réunis n’occupent que 0,2 % du territoire national. Mais c’est de ces 0,2 % que viennent tous les problèmes que rencontre le pays et que le gouvernement cherche des solutions durables pour y remédier.

Des efforts ont été fournis pour d’une part doter le pays de document de planification nécessaire au développement économique du pays et d’autre part de doter le Tchad d’un cadre juridique lui permettant de mettre en œuvre ces documents de planification, reconnait le représentant du ministre, par ailleurs directeur général du ministère de l’Aménagement. “C’est dans ce contexte qu’un schéma national de l’aménagement a été élaboré et qui est un document premier de ce genre pour le Tchad“, explique Allayna Yacoub.

Le Directeur général espère que les échanges des experts venus du monde lors de ces assises permettra d’avoir de nouvelles perspectives à l’architecture africaine et tchadienne.

Laisser un commentaire