fbpx
Tchad : l’économie, première victime de la Covid-19

Tchad : l’économie, première victime de la Covid-19

ECONOMIE – La pandémie à coronavirus qui s’est introduite au Tchad, a des conséquences sur l’économie. Tous les secteurs de la vie sont touchés. Les effets pervers de la Covid-19 sont ressentis aujourd’hui sur le panier de la ménagère.


La crise sanitaire qui secoue le monde entier depuis fin 2019 a eu des conséquences inestimables sur le plan social et économique au Tchad, selon les experts. Aucune couche socio-économique n’a été épargnée. Les entreprises privées et publiques, de tous les secteurs, ont vu leurs chiffres d’affaires drastiquement diminués.

Sur le plan économique, la pandémie a causé la chute brutale du prix du baril de pétrole sur le marché international. Ce qui a mis les producteurs comme le Tchad en difficulté au niveau des finances publiques. Outre le secteur pétrolier, le secteur hôtelier a pris également un véritable rude coup. Il a perdu des centaines de millions. Le manque à gagner est énorme pour l’économie nationale. Ces pertes, chiffrées à des centaines de millions, ont été les conséquences des mesures prises par le Gouvernement afin de freiner la propagation de la pandémie.

Dans le secteur des BTP (Bâtiments et Travaux publics), la situation est également peu reluisante. Tous les chantiers sont aux arrêts. Les manœuvres et autres ouvriers sont contraints au chômage. Il faut ajouter à cela, le secteur des transports aérien et routier qui a aussi pris un sacré coup. Idem pour le commerce, le tourisme, la restauration et l’Education.

Malgré ce désastre que l’on redoutait, les autorités du pays ont conjugué des efforts inlassables pour amortir quand même le choc. C’est vrai, les mesures prises ont des incidences profondes sur le marché de travail et sur les conditions de vie des ménages mais le jeu en vaut la chandelle.

La fermeture des marchés avait créé un émoi chez certaines catégories de la population en l’occurrence, les plus vulnérables. Celles-ci n’assurent leur subsistance au quotidien qu’à travers le secteur informel. Du coup, la fermeture des commerces ressemble à une condamnation à une morte lente.

La restriction des mouvements et la fermeture des commerces ont été un calvaire vécu pour beaucoup de personnes qui se battent au jour le jour pour gagner leur pitance. Leur situation a été très alarmante en dépit des mesures d’accompagnement préconisées par le gouvernement. Heureusement que ces mesures ont été assouplies par le nouveau comité national de gestion de la crise sanitaire, mis en place par le président de la République en remplacement de la cellule de veille.

En dépit des efforts fournis par les pouvoirs publics, il serait souhaitable que le gouvernement apporte un soutien financier nécessaire à ces entreprises privées et étatiques qui ont subi le contre coup des effets de cette pandémie à coronavirus

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :