Tchad : le Gouvernement “reconsidère sensiblement” sa position sur la coupe des indemnités et primes

Le Premier Ministre Pahimi Padacké Albert, a fait ce vendredi 23 février 2018, une communication à l’attention des différentes centrales syndicales à son cabinet. Cette déclaration relative à la crise sociale qui secoue le pays a permis au chef du Gouvernement d’aborder tous les points du blocus et de proposer des nouvelles propositions. Tout en reconnaissant le droit à la grève, le Premier Ministre appelle les partenaires sociaux à un « engagement collectif responsable et pleinement assumé ». En attendant, il annonce que les indemnités et autres primes des agents de l’État sont sensiblement reconsidérées. Cependant, le Gouvernement a pris d’autres mesures pour accélérer le processus engagé de sortie de la crise qui frappe de plein fouet le Tchad.

Pahimi Padacké Albert annonce aussi pour sortir de la crise, des nouvelles pistes. Il cite entre autres, la restructuration rationnelle des structures et organes pour plus d’économie, la réduction de la taille du Gouvernement, l’organisation d’un concours d’entrée à la Fonction Publique, l’audit des diplômes, le recensement physique et biométrique des agents de l’État avec la délivrance de la carte à puce et la relecture de la loi n°032. Outre ce vaste projet, le chef du Gouvernement dévoile également des mesures tendant à améliorer « les conditions de vie des populations ». Ces mesures sont entre autres, la réduction des prix du gaz domestique, la réduction prochaine des prix du carburant, des denrées alimentaires, etc. « La situation du pays mérite-t-il un effort de la part de chacun et de tous. Je partage aisément l’amertume des 92 000 travailleurs civils du secteur civils » indique-t-il.

La déclaration du Premier Ministre ne semble pas répondre aux attentes des différentes centrales syndicales. Pour le secrétaire général de l’Union des Syndicats du Tchad (UST), M. Barka Michel, « c’est une déclaration de plus et il n’y a rien de nouveau ». Il déclare que c’est l’assemblée générale qui décidera de la suite à donner à cette déclaration du chef du Gouvernement. M. Brahim Ben Séid, secrétaire général de la Confédération Libre des Travailleurs Tchadiens (CLTT), « l’adresse du Premier Ministre qui ne change pas la situation sociale ». Les syndicats des transporteurs aussi disent ne pas trouver leur compte dans la déclaration du chef du Gouvernement. Car expliquent-ils, le principal point de revendication qui est la réduction des prix du carburant n’a pas été annoncé.

Dans tous les cas, M. Pahimi Padacké Albert appelle les partenaires sociaux au sein du comité technique tripartite pour des solutions consensuelles à la grève du secteur public qui n’a que « trop durer ». « J’en appelle plus généralement à un sursaut national aux côtés du chef de l’État et aux côtés du Gouvernement pour faire face au défi de la crise économique et financière qui affecte le Tchad, qui sera bientôt pour nous un mauvais souvenir » sollicite-t-il.

Un commentaire

  1. Mahamat saleh
    24 février 2018 at 15 h 28 min Répondre

    Toujours la même chose? oh arrêtez ça c’est quoi même votre probleme.
    Au Tchad il faut toujours voir avant de croire?

Laisser un commentaire