mardi 26 octobre 2021

Tchad : le CST de 1993 devrait-il inspirer le CNT de 2021 ?


A la première transition de l’ère démocratique au Tchad en 1993, en l’absence d’une Assemblée nationale, la Conférence nationale souveraine a mis en place le Conseil supérieur de la transition (CST) dont les membres font office de parlementaires. Retour sur cette institution pendant qu’une nouvelle transition exige la mise en place d’un Conseil national de transition (CNT).


En avril 1993, après l’arrivée au pouvoir du Mouvement patriotique du salut (MPS), en décembre 1990, une transition est mise en place. La Charte de transition adoptée par l’acte n°002 du 5 avril 1993 et promulguée par décret n°282 du 9 avril 1993 prévoit la création du Conseil supérieur de transition, parlementaire provisoire.


La Conférence nationale souveraine, a, par acte n°009 du 7 avril 1993 désigné les membres du CST après leur élection entérinée par procès-verbal. Le chef de l’Etat, a, par la suite, pris le décret n°285 pour nommer les membres du Conseil supérieur de transition. Ils sont au total 57 personnalités représentant les différentes corporations de la société tchadienne, notamment, monde rural, chefferies traditionnelles, opérateurs économiques, syndicats, organisations féminines, partis politiques, regroupements des jeunes.


Parmi les 57 personnalités ainsi nommées pour former le CST, dix sont des femmes. Il s’agit de Mme Albatoul Zakaria, Mme Djangbei Hassanié, Mme Fatimata Diakité, Mme Somte Ndealbaye, Mme Halimé Oumar Tahir, Mme Fatimé Sissoko, Mme Khadidja Touré, Mme Alhandi Amina, Mme Bourkou Louise et Mme Fatimé Issa Ramadan.

Les autres membres, précisément les hommes, sont Alkhalil Bichara Alkhalil, Idriss Moussa Yayami, Abderaman Hamdan, Al-Hadj Tahirou Ali, Mahamat Bachar Gadaya, Adoum Younous Kosso, Daounai Nguissibe Pierre, Jean Dingaoudoumbeye Abdou, Kitoue Fadandi, Hoinati Djohonta Maurice, Abderaman Dana, Mahamat Brahim Bakhit, Pircoloussou Akoina Benoit, Al-Hadj Ali Hagari, Abdoulaye Djonouma, Al-Hadj Adam Adji Hassan, Ali Abderaman Haggar, Ismael Hachim Abdallah, Djibrine Assali, Ahmat Mahamat Hassan, Doudet Ossoga, Ousman Salah Idjemi, Brahim Ben Seid, Adoum Gatan Koidoroum, Amoula Waya, Béchir Assamani, Adoum Manani, Ngare Adda Abdelkader, Abakar Kori Mbami, Ali Sossal, Gouara Lassou, Nabia Ndali, Abderaman Abakar, Marabi Julien, Ali Mahamat Mahamoudi, Ahmat Oumar Ousman, Abbas Ali, Hassan Younous, Nodjiadjim Samuel Ndoh, Bangmadi Bernard, Marba Djibia, Mahamat Djarma, Mitselah Tabdi Djaldi, Ganda Djeme Ndjaha, Goukouni Abderaman, Saleh Adoum Douass et Mahamat Saleh Ahmat.


L’article 2 du décret précise que les anciens chefs d’Etat présents ou représentés à la Conférence nationale souveraine sont membres de droit du Conseil supérieur de transition. C’est ainsi que, le président Lol Mahamat Choua a fait partie du CST et a été son président.

A en croire les observateurs de la scène politique de l’époque, les membres du CST ont fait de débats très enrichissants et très passionnants. Certains ont été aussi députés lors de la première législature de 1997.

Laisser un commentaire

économie

Justice: le procureur général et le président de la Cour d’appel installés dans leurs fonctions

Ce mardi 26 octobre au palais de Justice, le président de la Cour d'appel de N'Djamena Danbaibe Pareing et le Procureur général, Guiralta Yadjibert...

Les experts du G5 Sahel préparent le 10e conseil ordinaire des ministres

La réunion statutaire des experts du 10ème conseil ordinaire des ministres du G5 Sahel s’est ouverte ce mardi 26 octobre 2021 en présence du...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 4

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
476 votes · 477 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité