Tchad : «Le blogging est avant tout une alternative au journalisme», Rolland Albani

Le monde célèbre chaque 31 août, la journée mondiale du blogging. Cette journée permet aux bloggueurs de réfléchir sur comment blogguer sainement et comment avoir sa place dans les réseaux sociaux. Au Tchad la culture du blogging n’est pas encore développer.

La majorité des bloggeurs tchadiens écrivent des billets pour se défouler ou pour partager leurs passions avec d’autres internautes. Cela n’est pas le cas chez Albani Rolland qui exerce cette activité depuis quelques années. Pour lui, le blogging est un moyen efficace pour faire passer l’information tout comme le journalisme.  « Le blogging est avant tout une alternative au journalisme. Le blogging donne une liberté d’expression plus réaliste et plus vraie et il crée une meilleure proximité avec son audimat. L’envie de raconter les choses à ma façon, dans mon style, d’aborder des sujets qui me touchent et qui parlent. »

C’est grâce à l’information que le monde pourrait être changé. C’est quand les gens sont informés qu’ils s’engagent pour les changements. Le blogging permet de raconter l’information de façon simple et accessible à tous. Une chose est sure, le blogging n’est pas forcément une plateforme de dénonciation. Blogguer c’est parler de la cuisine, de la musique, de la mode, bref, s’engager à partager sa passion avec les autres autres.

« Je suis orienté vers le blogging de solutions par opposition au blogging de dénonciation. C’est tout le combat aujourd’hui. Je suis co-fondateur de Saomagazine qui est un média culturel en ligne mais lorsque vous nous lisez, nous faisons plus du blogging que du journalisme», explique Rolland Albani.

Au Tchad, il n’ y a pas assez de bloggueurs qui font régulièrement cette activité et qui en tirent l’essentiel de leurs revenus. Jusqu’à présent, les jeunes tchadiens préfèrent d’autres plateformes d’expression comme Facebook ou d’autres réseaux sociaux pour s’exprimer.

Quant à l’engagement des femmes dans ce vaste univers du blogging, il n’y a pas de ligne de démarcation entre les genres. Pour les rares tchadiens qui y sont lancés, il y a quelques jeunes femmes talentueuses et déterminées qui se font remarquer.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :