Tchad : le barrage de Matar dans le Ouaddai est inauguré

HYDRAULIQUE – Construit vers les années 80 et détruit par les eaux des pluies, le barrage du village Matar situé à environ 15 km de la ville d’Abougoudam  est reconstruit et inauguré ce jeudi par la ministre de la Femme, de la Protection de la petite enfance et de la Solidarité nationale.

Aux arrêts depuis belle lurette, les villageois ont fait une doléance lors de la journée de la femme rurale célébrée en 2017 à Abougoudam dans la province du Ouaddaï. Sur ce, la République fédérale d’Allemagne a accepté de réhabiliter ce barrage. Après 2 ans des travaux exécutés par l’ONG Help Tchad, il est inauguré ce jeudi 7 novembre 2019 en présence du ministre en charge de l’Action sociale et celui de la formation professionnelle et du petit métier, de la représentante de l’ambassadeur de la République allemande, du gouverneur de la province du Ouaddaï ainsi que de plusieurs personnalités.

Plantant le décor, le gouverneur de la province du Ouaddaï Ramadan Erdebou a fait savoir que la nécessité de construire des ouvrages de rétention et de production d’eau est une priorité. C’est dans cette logique de venir en appui aux populations en manque cruel d’eau de consommation qu’est né le projet de la reconstruction du barrage de Matar. Le gouverneur a exhorté les bénéficiaires à œuvrer pour la bonne gestion de l’ouvrage.

Pour la représentante du bailleur BMZ par ailleurs chef de mission adjointe de l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne au Tchad, Rose Marie, la question de l’accès à l’eau préoccupe à plus d’un titre le gouvernement du Tchad et ses partenaires. C’est pourquoi son pays a accepté de financer cet ouvrage pour soulager des familles. C’est pourquoi, elle a demandé les parties prenantes à bien gérer le barrage pour le bien de tous.

Le ministre de la Formation professionnelle et des Petits métiers Chamsalhouda Abakar Kadadé a indiqué que dans un avenir proche, son département à travers les partenaires techniques et financiers s’emploiera à accompagner les bénéficiaires en matière de transformation et de commercialisation des produits agricoles.

De son côté, la ministre de la Femme, de la Protection de la petite enfance et de la Solidarité nationale, Ardjoun Djala Khalil a dit que le Tchad à travers sa politique du développement rural encourage les ONG nationales à privilégier les actions pouvant aider le monde rural plus particulièrement les femmes et les jeunes  à se retourner vers les travaux agricoles pour ainsi amorcer le décollage économique. Dr Ardjoun Khalil de poursuivre que son département accordera une attention particulière pour toutes les œuvres allant dans le sens de l’autonomisation mais aussi l’agriculture.

Laisser un commentaire