Tchad : l’aménagement de l’avenue Jacques Nadingar à N’Djaména crée des dissensions

Tchad : l’aménagement de l’avenue Jacques Nadingar à N’Djaména crée des dissensions

La mairie de N’Djamena et les vendeurs de sable et de briques ne partagent pas les mêmes idées au sujet de l’aménagement de l’avenue Jacque Nadjingar. C’est suite aux travaux engagés sur cette voie dans le cadre des préparatifs de la cérémonie d’élévation du président Idriss Deby Itno au titre de Maréchal du Tchad,

L’élévation du président Idriss Deby Itno au titre de Maréchal du Tchad devrait avoir lieu ce 11 août au Palais de la Démocratie, selon les autorités de la République. Pour préparer cet événement, des aménagements sont en train d’être faits dans la ville de N’Djamena. Il faut noter que cette cérémonie verra la présence de plusieurs personnalités de l’étranger. A cet effet, il a été demandé aux vendeurs de sable et de briques aux abords de l’avenue Jacques Nadingar, tout au long du chantier de la future basilique de N’Djamena, de quitter les lieux. La mairie de N’Djamena a envisagé des travaux sur cette avenue pour la rendre propre et plus fluide pour la circulation.

Selon les témoignages sur place, les agents de la Mairie centrale ont procédé en date du 19 juillet au déguerpissement des sables et briques disposés le long de l’avenue. Trois jours plutôt, le maire de la ville de N’Djamena, Oumar Boukar, s’était rendu sur les lieux. Il a ordonné que les échantillons de sable et de briques soient dégagés avant le 8 août, a indiqué Ibrahim Foullah, 1er maire adjoint de la ville N’Djamena. « C’est la seule voie qui nous reste en saison pluvieuse, donc on intérêt à la protéger et à l’entretenir » a-t-il a expliqué. Ibrahim Foullah précise que pour se rendre au palais de la Démocratie, le président Idriss Deby Itno et ses invités devraient emprunter cette voie.

Pour les vendeurs de sable et de briques rencontrés sur place, cette demande de la mairie est inadmissible. En majorité des diplômés sans emplois, ces vendeurs estiment que cette activité est la seule qui leur permet de se prendre en charge. « Nous sommes des débrouillards. C’est avec cela qu’on nourrit nos familles et on paie nos loyers », lance Roger, un vendeur de briques.

« On nous demande d’évacuer nos briques et sable, où allons-nous les mettre ?» S’interroge Ali, vendeur de sable. Pour lui, le gouvernement ne donne pas du boulot aux jeunes, et quand ces derniers se débrouillent il veut les bloquer. « On en a assez, qu’il nous donne du travail et nous allons dégager d’ici », martèle-t-il.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :