Tchad : la mairie de N’Djamena rétrocède ses installations d’adduction d’eau potable à la STE

Tchad : la mairie de N’Djamena rétrocède ses installations d’adduction d’eau potable à la STE

La mairie de la commune de N’Djamena a rétrocédé officiellement, ce jeudi, à la société tchadienne des Eaux  ses installations d’adduction d’eau potable des quartiers Chagoua, Dembé et Ndjari Dar el Salam.

« Nous sommes particulièrement heureux d’être là aujourd’hui pour concrétiser l’acte de rétrocession du mini réseau d’adduction d’eau potable qui a été signé le 4 septembre 2018 entre la commune de la ville de N’Djamena et la société tchadienne des Eaux ». C’est par ces mots que la directrice générale de la société tchadienne des Eaux, Koubra Hisseine Itno, a souhaité la bienvenue aux délégués des quartiers et ainsi qu’aux invités à la cérémonie de rétrocession.

En effet,  dans le cadre de la convention signée entre la mairie de N’Djamena et l’ancienne société tchadienne des Eaux et d’Electricité, en cas d’extension des réseaux de l’organe en charge de la distribution des eaux, la mairie lui passe la main sur  ses installations d’adduction d’eau potable. C’est ce qui est stipulé dans l’une des clauses : « la mairie a l’obligation de rétrocéder progressivement ces infrastructures d’adduction d’eau à la société tchadienne des Eaux quand celle aura étendu son réseau dans les quartiers périphériques. » Et comme cette extension est devenue une réalité, il apparaît évident que la STE intègre ces ouvrages dans son réseau pour en assurer l’exploitation.

« Conformément à la convention conclue entre l’ex STEE la mairie et, rétrocédons à partir d’aujourd’hui à la STE, les mini réseaux d’adduction d’eau potable de tous ces quartiers » a déclaré Mme Esther Waybogo, maire 2ème adjoint de la commune de N’Djamena pour lors de la cérémonie de rétrocession.

Dorénavant, les installations de production et de distribution d’eau des quartiers Chagoua et Dembé dans le 7ème et Ndjari Dar el Salam dans le 8ème arrondissement, construites entre 2007 et 2010 avec le soutien financier de l’AFD, sont sous la responsabilité de la STE. Ces installations sont composées de châteaux, de conduites, de kiosques, de système de pompage, de stockage et de forage.

Les officiels procédant à la visite des installations rétrocédées à la STE

Techniquement et commercialement, cette acquisition permettra à la STE d’étendre son retour et d’augmenter le nombre de sa clientèle. « Je profite pour lancer un appel pressant à toute la population qui est autour de pouvoir s’inscrire pour que très rapidement chacun puisse avoir dans sa cour de l’eau potable », a souhaité le maire du 7ème arrondissement, Ahmat Guemé.

En réceptionnant les installations, la directrice générale de la STE a salué la concrétisation de la politique du chef de l’Etat, Idriss Deby Itno et engage son institution à remplir convenablement son rôle. « Nous nous engageons au nom de la société à remplir fidèlement notre mission de service public en assurant la pérennité des ouvrages et en donnant de l’eau potable en quantité et en qualité suffisante à la population. Pour rappel, cette rétrocession n’est pas la première. En 2016, la mairie de N’Djamena a procédé à la restitution des installations des autres quartiers.

Un des châteaux rétrocédés à la STE

Laisser un commentaire