Tchad : la LTDH appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités face aux violations de droits de l’Homme

Tchad : la LTDH appelle le gouvernement à prendre ses responsabilités face aux violations de droits de l’Homme

Dans un communique de presse  intitulée halte aux enlèvements et à la répression des citoyens, la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH) dénonce  que dans toutes les localités du pays, la dégradation de la situation des droits de l’homme devient de plus en plus inquiétante : Interdictions des libertés publiques, accentuation des conflits communautaires, arrestations arbitraires, répressions sanglantes de toutes manifestations, enlèvements par des groupes inconnus et de l’ANS. Le communique cite comme exemple l’enlèvement de Djerabe Laoutaye Siméon artiste peintre, Djim midi, Arnaud et Daniel Ngadjadoum.

Le communique dénonce des multiples violations vécues au quotidien par l’ensemble des citoyens, par les forces de sécurité sur les voies publiques et dans les centres de détentions de la police, la gendarmerie et de l’ANS. Le communiqué dénonce en outre, l’audition de Dobian Assingar et les menaces qui pèsent sur lui, la traque des journalistes à savoir Malachie Mbainagra du journal mutation et de Eric Kokinagué de Tribune Info et des menaces sur les responsables syndicaux membres de la plateforme syndicale. Le document précise que tous les enlèvements sont menés par le même mode opératoire  à savoir : véhicule banalisé et sans immatriculation et à bord des personnes en tenue militaire et civile en arme de guerre ;  détentions des victimes dans des prisons parallèles sans accès à leurs  familles et encore moins aux avocats, arrestation sans mandat d’amener délivré par la justice. Dans cette situation et dans le contexte socioéconomique morose, il faut ajouter l’arrestation et la répression tous azimuts des étudiants. Eut égard à ce qui précède la LTDH interpelle le gouvernement à plus de responsabilité et de veiller à la quiétude de la population. À libérer sans condition  les étudiants arrêtés et les responsables  détenus illégalement  dans des prisons parallèles. La LTDH  demande urgemment aux partenaires au développement du Tchad, aux organisations internationales des droits de l’homme à veiller à l’application stricte des textes et conventions signée et ratifiée par le Tchad.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :