Tchad : la CTDDH dénonce des exactions en lien avec l’état d’urgence à l’Est

Tchad : la CTDDH dénonce des exactions en lien avec l’état d’urgence à l’Est

La Convention tchadienne de défense de Droits de l’Homme (CTDDH) annonce que des exactions sont perpétrées ce mercredi par des militaires dans deux villages du département de Ouara.

Les villages de Chikchika et de Tiré dans la province du Ouaddaï ont été investis par des militaires sous le commandant d’Abderrahmane Mahamat, commandant de la compagnie de gendarmerie, venus dans sept voitures ce mercredi selon la CTDDH. Tous les hommes valides des villages ont été arrêtés et ont subi des tortures.

Le communiqué rapporte que trois hommes de ces villages sont dans un état grave. Ousmane Rahama est admis à l’hôpital d’Abéché et Mahmoud Rahma est transféré dans un dispensaire local. Azarak Abderrahmane bien que mal en point est maintenu prisonnier sur place avec 17 autres prisonniers qui continuent à subir des tortures, a indiqué le communiqué. A Tiré, la famille d’un homme arrêté est sans nouvelles de lui. Plusieurs femmes ont également subi des tortures dont quatre blessées sont transférées à Àbeche, souligne la CTDDH.

Selon la CTDDH, ces informations recoupées et vérifiées leur ont été transmises par leur points focaux. Ces exactions perpétrées par les militaires font suite à l’état d’urgence décrétée par le chef de l’État dans les trois provinces au nord du pays. La convention lance une alerte pour une mobilisation des Associations des Droits de l’Homme dans le monde pour que ces atteintes graves des Droits de l’Homme s’arrêtent. La CTDDH tient pour responsables, les autorités militaires et le président de la République Idriss Déby Itno.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :