Tchad : il cultive des concombres à la maison pour éviter des problèmes avec les voisins

Société – Maïs, concombre ou légumineuses, beaucoup de n’djaménois font de la culture à domicile en cette saison pluvieuse. Besoin réel d’avoir les fruits de cette activité ou simple nostalgie de cette pratique propre aux villages ?

«J’ai planté les maïs et d’autres légumineuses dans ma cours parce qu’ils poussent vite en cette saison pluvieuse donc je profite de mon espace et de la pluie »,dit Maimouna Ousmane. Elle ajoute que cultiver ces plantes procure à la cour un air naturel et permet de se faire aussi un peu de l’économie. « Avec ces légumes à la maison, je garde mon argent pour d’autres besoins», justifie-t-elle.

«Les feuilles de manioc, d’oseille et autres sont les produits que je vends au marché », explique Rassem Virginie, une vendeuse  des légumes au marché central de N’Djamena. «Je les achetais auprès des fournisseurs de la place. Avec cette saison des pluies, je ne me dérange plus comme j’ai de l’espace à la maison. Je me suis au travail pour mieux gagner de l’argent», soutient-elle.

«Dans les années passées, je ne faisais pas la culture à la maison. Pour éviter les problèmes avec les voisins, je préfère le faire moi aussi», Samuel un père de famille dans le premier arrondissement de la ville. Il dit avoir géré une bagarre rangée l’année dernière parce que ses enfants ont cueilli les concombres chez les voisins.

Malgré la diversité des raisons qui poussent les uns et les autres à cultiver dans à la maison, il est clair que les n’djaménois prennent de plus en plus l’habitude de faire pousser chez eux, les plantes pour l’alimentation ou la verdure.

Un commentaire

  1. Aissata Ahmed
    28 août 2020 at 20 h 45 min Répondre

    Bonsoir à tous,
    Je suis malienne vivant au Tchad et depuis trois ans j’ai commencé à faire le potager à domicile et, j’avoue que c’est merveilleux d’avoir son potager pour plusieurs raisons:
    Entre les légumes vendus au marché et ceux de ton potager il y’ a t’elle différence qu’on y croit pas manger le même produit;
    On ceuille la maturité;
    On partage avec les parents, les amis et voisins rien que ça je trouve fabuleux.
    Aussi tu fournuras des efforts physiques bons pour la santé.

    Depuis trois ans je fais du gingembre, des salades, des épinards, de l’oseille, des périls des tomates, du radis l’année passé, des choux, des nanaye menthe pour le thé de la citronnelle et cette saison de pluie j’ai mis du piments et du maïs semés en fin juin dont j’ai commencé la recolte. En plus des légumes j’ai beaucoups de papayers à la maison avec des dizaines de fruits par arbre.

    J’interpelle beaucoup les femmes à œuvrer dans ce sens pour le bien être et mieux être de leurs familles.

    Toutes mes excuses à celles qui ne partagent pas les mêmes idées que moi.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :