Tchad : des femmes actrices de la filière pêche formées  sur l’utilisation de caisses isothermes, de fours et de séchoirs de poisson

Tchad : des femmes actrices de la filière pêche formées sur l’utilisation de caisses isothermes, de fours et de séchoirs de poisson

La Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques (CEBEVIRHA), en partenariat avec la direction générale de la pêche et du développement de l’aquaculture a formé, ce samedi 6 mars, à N’Djaména, des femmes actrices de la filière pêche sur l’utilisation de caisses isothermes, de fours et de séchoirs de poisson.


Dans son intervention, le secrétaire général adjoint de la Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques (CEBEVIRHA), Bernard Boustsika Ngavet, a relevé qu’avec l’appui de la CEMAC (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale), il a été développé l’idée de pouvoir avec le gouvernement, appuyer les acteurs de la filière pêche. « Nous avons fait dans tous les pays de la CEMAC, cette fois-ci pour le Tchad, le gouvernement a demandé aux acteurs, que-ce qu’ils voulaient comme matériels ? Et les acteurs ont demandé de fours, de séchoirs, et de caisses isothermes. C’est pour ça que nous avons acheté ces matériels pour essayer de soutenir la filière pêche au Tchad », souligne-t-il.


« La caisse isotherme est une caisse qui sert à conserver les poissons dans le froid. C’est aussi un petit congélateur. On met la glace, on met le poisson et on ferme. Dès qu’on prend directement les poissons chez le pêcheur, on met sur l’isotherme. Et la mareyeuse transporte pour ramener au marché pour que ces poissons ne se détériorent pas entre ce temps. Le séchoir, c’est pour sécher le poisson. Et le four c’est pour fumer le poisson», a détaillé le SGA.


Pour la directrice générale technique adjointe de l’environnement et du développement durable, Kouesse Ramadan Karifene, les objectifs de cette formation sont de renforcer la capacité de ces acteurs de la filière pêche et la valorisation des produits halieutiques. « Les acteurs de la filière pêche sont les plus fragilisés par la crise sanitaire causée par la pandémie à Covid-19. Pour cela, la formation vient améliorer leur façon de faire dans la transformation et la conservation des produits halieutiques afin de les familiariser avec les outils adéquats dans l’utilisation de ces matériels », conclut-elle .

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :