Tchad : bras de fer entre le Conseil National de la Jeunesse et le ministère de tutelle

Tchad : bras de fer entre le Conseil National de la Jeunesse et le ministère de tutelle

Le bureau élu du Conseil National de la Jeunesse du Tchad (CNJT) a tenu une conférence le jeudi 13 septembre à la maison de médias du Tchad pour dénoncer les manœuvres du ministère de la jeunesse quant à l’organisation du forum national de la jeunesse.

La quintessence de la conférence de presse porte sur la dénonciation de la prise de position du ministère de la jeunesse, la contestation de la tenue du forum national de la jeunesse qui s’ouvre le 15 septembre prochain à N’Djamena et la réclamation de l’extrait de la décision de la justice rendue à sa faveur.

S’opposant ouvertement à la tenue du forum, le bureau estime que les jeunes ne sont pas impliqués à ce forum et demande le report des assises. « Le ministère de la jeunesse s’est substitué aux jeunes pour concocter des résolutions à leur place » a déclaré le président du bureau, Mahamat Soulyeman Djibrine.

Selon lui, son bureau subit une injustice et une prise de position du ministère de la jeunesse. Rappelant que le congrès a été désavoué à l’issue des élections puis annulé par communique du ministère de la jeunesse, Mahamat Soulyeman Djibrine a relevé qu’une requête a été introduite à la chambre administrative du tribunal de grande instance de N’Djamena aboutissant à une délibération favorable au CNJT.  « La justice a suspendue les actes du ministère de la jeunesse dans leurs effets et les décisions du congrès ont été validées » précise-t-il.

L’avocat du CNJT, Me Alain Kamgobé, évoque que la politique est en train de faire une immixtion dans la décision rendue par la justice. Une entrave est en cours pour empêcher le bureau élu à être en possession de l’extrait de la décision de la justice rendue en sa faveur.

En condamnant ce qu’il qualifie d’une manœuvre politique au sein de la justice, Me Alain a de même menacer décrocher sa robe d’avocat si son client n’obtient pas gain de cause.

 

 

 

Un commentaire

Laisser un commentaire