Tchad : 131 million Fcfa de l’UE pour soutenir les nouveaux réfugiés Centrafricains

Tchad : 131 million Fcfa de l’UE pour soutenir les nouveaux réfugiés Centrafricains

En réponse au nouvel afflux de réfugiés centrafricains au sud du Tchad (région du Logone oriental), l’Union européenne a mis à disposition plus de XAF 131 millions (200 000 euros) en fonds humanitaires pour venir en aide aux populations les plus affectées.

Ce financement de l’UE vient soutenir la Croix-Rouge Tchadienne dans ses efforts d’organisation de secours d’urgence nécessaires en eau potable, assainissement et hygiène.

L’assistance humanitaire bénéficiera directement à 8 500 réfugiés et populations hôtes à travers la réhabilitation de huit points d’eau, la construction de 425 latrines familiales d’urgence, des kits d’hygiène pour 4 677 femmes réfugiées et des articles non alimentaires à l’ensemble des 2 242 familles de réfugiés. La priorité sera donnée aux villages avec forte présence d’enfants et de femmes, y compris les personnes à risque: 66% des réfugiés ont moins de 18 ans et la plupart des ménages sont des familles monoparentales dirigées par des femmes.

Ce financement s’inscrit dans le cadre de la contribution globale de l’UE au Fond d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

En raison de la recrudescence de la violence au cours des derniers mois en RCA, le Haut-Commissariat de Nations Unis pour les Réfugiés (UNCHR) indique que 29 640 nouveaux réfugiés centrafricains sont entrés au Sud du Tchad depuis décembre 2017, en plus des 77 120 réfugiés qui avaient déjà fui les années précédentes. Les besoins des réfugiés et de la population locale en matière de protection, santé, eau, assainissement et logement augmentent rapidement. Le 12 mars, l’UNHCR a déclaré cette situation comme une urgence de niveau 2 sur une échelle de 3.

L’Union européenne a signé un contrat humanitaire d’une valeur de trois millions d’euros avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), en soutien au Fond d’urgence pour les secours lors de catastrophes (DREF) de la fédération. Les fonds tirés du DREF sont principalement alloués à des catastrophes « de faible envergure», c’est-à-dire des catastrophes qui ne donnent pas lieu à un appel international formel.

Le Fond d’urgence pour les secours lors de catastrophes a été créé en 1985 et bénéficie des contributions de bailleurs de fonds. À chaque fois qu’une société nationale de la Croix-Rouge ou du Croissant-Rouge a besoin d’un soutien financier immédiat pour répondre à une catastrophe, elle peut demander des fonds du DREF. Pour les catastrophes à petite échelle, la FICR alloue des subventions tirées de ce fond qui peut ensuite être réalimenté par les bailleurs de fonds. L’accord de contribution signé entre la FICR et l’Union européenne permet à ce dernier de réalimenter le DREF pour des opérations convenues (en conformité avec son mandat humanitaire) et pour un montant total de trois millions d’euros.

L’Union européenne, avec ses États membres, est le premier bailleur de fonds humanitaires au monde. L’aide d’urgence constitue une expression de la solidarité européenne avec les populations dans le besoin à travers le monde. Elle a pour objectif de sauver des vies, d’éviter et de soulager la souffrance humaine, et de préserver l’intégrité et la dignité humaine des personnes affectées par les catastrophes de cause naturelle ou humaine. L’Union européenne, par le biais de son service à la protection civile et à l’aide humanitaire (ECHO), aide chaque année plus de 120 millions de victimes de conflits ou de catastrophes naturelles.

Avec son siège basé à Bruxelles et son réseau global de bureaux régionaux, le service d’aide humanitaire et de protection civile apporte une assistance aux populations les plus vulnérables, sur la base exclusive des besoins humanitaires.

Laisser un commentaire