Société : « l’utilisation de la bouse expose au cancer des voies respiratoires », dixit Dr Manikassé Palouma

Société : « l’utilisation de la bouse expose au cancer des voies respiratoires », dixit Dr Manikassé Palouma

L’utilisation de la bouse comme comestibles à N’Djamena se perpétue malgré ses corollaires dangereux pour la santé humaine

Déchet ou excrément des mammifères ruminants, la bouse est constituée de 80 à 90% d’eau, de paillette d’herbes  et des matières ayant échappé à la dégradation opérée par les micros du ruminant. Aussi on peut trouver  dans la bouse des éléments endogènes, comme les sucs digestifs, les débris cellulaires ou les micros organismes du ruminant.

La bouse est utilisée à des fins reproductives sous d’autres cieux. Dans la capitale tchadienne elle sert  à fabriquer des briques à cause des pailles qui s’y trouvent et permet une cuisson simple des briques crues.

La bouse est aussi utilisée comme combustible dans certains quartiers de N’Djamena en raison du manque de moyen financier pour s’acheter de gaz butane ou de bois de chauffe. Elle sert quotidiennement ces derniers temps surtout aux femmes dans la préparation de l’alcool traditionnel (bili-bili, argué) et bien d’autres.

L’usage comme bois de chauffe de ces déchets des bœufs portent des risques qui peuvent être dangereux et compromettants pour  la santé humaine. Selon Dr Manikassé Palouma  «  l’utilisation de bouse peut être sujette à une intoxication probable. Car la fumée contient l’oxyde de carbone qui peut être nuisible aux poumons. Et ces personnes qui font usage des bouses sont exposées aux maladies telles que : cancer de voie respiratoire ».

A noter aussi que l’utilisation quotidienne  des bouses peut entrainer des conséquences  immédiatement dépréciatives et tragiques, « elles peuvent être atteintes d’une bronchite chronique qui est une maladie dangereuse, et une irritation  générale de la voie respiratoire », explique-t-il.

A la longue, cette inflammation se traduira en bronchiolite chronique qui est une infection aigue des poumons.  Et cela se transformera en une surinfection pulmonaire de voie respiratoire qui causera des douleurs thoraciques et aboutira au cancer de voie respiratoire, relève-il.

« La santé d’abord », dit-on. Il n’est  pas interdit d’utiliser la bouse, tout de même il faut savoir s’y prendre. «  Utiliser les bouses c’est bien mais utiliser les gaz butane c’est encore meilleur », conseille Dr Manikassé Palouma.

Djimhodoum Serge

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :