Société : les cérémonies sont devenues des pôles de rencontres amoureuses

Société : les cérémonies sont devenues des pôles de rencontres amoureuses

Billet – Les Tchadiens sont en manque d’endroits de distractions et deviennent accro aux cérémonies de tout genre. Lieu tout désigné pour certains de trouver l’âme sœur.

Le mariage de l’un de ses proches est imminent. Et elle se soucie pour sa garde robe, son attirail de beauté. *La vingtaine, Fatima, prête une attention particulière à toutes les cérémonies. Il faut compter : mariages, dots, anniversaires, baptêmes, et mêmes les deuils. A moins d’une semaine des festivités du mariage. Son allure, son apparence ont changé. De même que ses dires. Elle doit être au top en faisant peau neuve à tout prix. Être la plus attirante et la plus belle pour ne pas passer inaperçue à la soirée.

*Fatima n’est pas issue d’une famille aisée. Alors elle s’est endetté auprès de plusieurs personnes. Son objectif : choper l’homme de sa vie, pourvu que ce dernier soit riche. « Je veux avoir un mec qui puisse me prendre en charge et espérer faire de lui mon époux », lâche-t-elle fièrement.

Comme elle, *Souad nourrit le même espoir. « Maintenant il n’y a plus histoire d’avoir honte. Les hommes se font rares, donc à nous de les chercher », avoue-t-elle.

Ces illustrations montrent à suffisance que les cérémonies de mariage, de deuil, de baptême… sont pour beaucoup des endroits flirts. Chacun cherche son âme sœur et tant qu’il (ou elle) soit nanti, tous les moyens sont bons pour y arriver. Et ceux par manque d’endroit de distraction.

Comme dans l’habitude des Tchadiens, être dans un bar ou un hôtel est mal vu par nombre de personnes. Chacun reste donc dans son coin et attend le « bon moment » pour faire des nouvelles rencontres. Et le bon moment pour eux, actuellement ce sont les cérémonies. Raison pour laquelle lors de ces cérémonies, trouver devient difficile tant des gens, invités ou non, affluent. « On dit qu’un invité n’invite pas mais c’est tout le contraire au Tchad », lâche un bonhomme.  

Les Tchadiens ont leurs coutumes, mœurs et habitudes. Et ce, entraîne à leur manque d’épanouissements. « Il y’a certains hommes qui vont sur les lieux de deuils rien que pour prendre le numéro des filles. Ça m’ai déjà arrivé lors des funérailles de mon oncle », confie une jeune dame.

Si seulement la capitale contenait assez d’endroit de rencontres, tout ceci ne n’aurait été. Hommes, femmes ont besoin d’alternative plus décente de rencontres afin de mieux se connaître et construire une relation solide. Les préjugés ne doivent en aucune manière influer sur nos trains de vie.

NB : les noms de cet article ont été modifiés

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :