Revue de presse : Une présidentielle contrastée, les bruits de bottes se font entendre à nouveau au nord du Tchad

0
6

REVUE DE PRESSE – La tenue de l’élection présidentielle le 11 avril dernier et la situation qui prévaut au nord du pays sont les principaux abordés par la presse tchadienne au courant de la semaine du 12 au 18 avril 2021.

« Il ne suffit pas de remplir le stade »

Les résultats partiels de l’élection présidentielle du 11 avril 2021 ont été donnés du 15 au 18 avril par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). La CENI qui compte annoncer les résultats globaux provisoires ce lundi 19 avril.

Les journaux parus la semaine dernière consacrent tous leurs colonnes à la tenue de cette présidentielle. « Un désaveu populaire », titre à sa Une l’Observateur qui rapporte que cette élection présidentielle, sous haute surveillance, s’est déroulée dans le calme. Mais, nuance-t-il, « Ceci ne veut pas dire qu’elle a suscité un grand afflux de la population. Au contraire, ça été un désaveu populaire, quasi unanime pour ne pas dire total. Car les Tchadiens ont répondu massivement à l’appel au boycott, pour l’alternance et l’abstention de Déby à cette élection ».

L’hebdomadaire Le Visionnaire a fait le même constat et conclut que « Le boycott et l’abstention ont pris le dessus ». Il souligne qu’avec les 7.333.479 électeurs inscrits sur la liste pour le scrutin des 10 et 11 avril 2021, « l’on espérait voir » des files indiennes formées dans les bureaux de vote « comme par le passé ». « Malheureusement, la grande majorité des électeurs s’est abstenue d’aller aux urnes pour élire le nouveau président de la République », énonce-t-il.

« Il ne suffit pas de remplir le stade », pointe également Le Pays à sa Une avec deux images contrastées : l’une du stade de N’Djamena bondé de monde lors d’un meeting du président sortant et l’autre montrant des bureaux presque sans électeurs. « Ce qui s’est passé le dimanche n’est rien d’autre qu’une bérézina électorale », analyse donc le journal de Madjiasra Nako qui poursuit que « Quoi qu’il en dise, le pouvoir a compris que les “kilab” et les “Bachome” sont fatigués. Ce dimanche 11 avril, les Tchadiens ont vaqué à leurs occupations comme si de rien n’était ». A noter que les termes « Kilab » et « Bachome »  de l’arabe tchadien qui signifient « Chiens » et « Chacals » sont attribués au candidat Déby qui les aurait utilisés pour qualifier ses adversaires pendant la campagne.

Abba Garde de son côté titre à la Une : « Les “bachom” ont mordu ». Dans un article en page intérieure, ce journal explique « Comment ces“bachom” ont réussi leur coup » en mettant en avant six personnalités politiques mais aussi du milieu artistique et des droits de l’homme. Il indique que ces leaders ont, dans l’ombre, activement mené des actions de sensibilisation pour faire passer le message du boycott. Une stratégie qui a conduit à « la réussite de leur mobilisation », selon Abba Garde.  

En dépit de tout, ce que N’Djamena Hebdo retient c’est que « Le Maréchal du Tchad persiste et signe ». L’éditorialiste de ce journal formule en effet que « L’essentiel pour Déby, c’est d’être élu. Démocratiquement élu, mais mal élu, ou mieux élu par un groupuscule ».

Pendant que les autres journaux épiloguent sur la tenue de l’élection présidentielle du 11 avril, le quotidien Le Sahel, lui, se projette déjà vers l’avenir. En effet, dans sa livraison du mercredi 14 avril, ce journal a recueilli les attentes des citoyens vis-à-vis du président qui sera élu. Leurs attentes sont liés essentiellement au maintien de la paix et de la stabilité, à l’amélioration du système éducatif, des conditions de vie des travailleurs mais également des retraités, à la lutte contre le chômage des jeunes, à la promotion de la culture, de la justice, entre autres.

Les armes crépitent encore au nord

L’autre sujet chaud de l’actualité tchadienne est la situation au nord du pays. « Des coups de canon ont encore retenti au Tibesti », pointe ainsi L’Observateur qui rappelle que depuis le 11 avril dernier, le jour même de l’élection présidentielle, des mouvements et attaques rebelles sont signalés dans la Province du Tibesti. « Des guerres de communications entre les deux belligérants inondent les ondes des médias nationaux et internationaux », note-t-il.

Le Visionnaire quant à lui, sans prendre de gants, annonce qu’ « Ils marchent vers N’Djamena ». Pour ce journal, ces factions rebelles « convergeraient vers N’Djamena ». Le journal de Juda Allahondoum qui indique que « la capitale tchadienne est en alerte » renseigne aussi que selon des sources sécuritaires, « plusieurs dizaines de véhicules bourrés des forces de défense et de sécurité sont en partance vers le nord ».

Aux dernières nouvelles, les deux parties se sont affrontées le week-end dernier dans le Kanem.  En effet, le 11 avril 2021, le jour même de l’élection présidentielle, le Front pour l’alternance et la cohésion (FACT), un groupe politico-militaire basé en Libye que le pouvoir qualifie de « terroriste » a annoncé avoir attaqué et conquis deux localités dans le Tibesti et son objectif était de chasser du pouvoir le président Déby. Depuis lors, la guerre, aussi bien sur le terrain que de communication entre les deux camps alimentent les débats.

Leave a Reply