Revue de presse au Tchad : semaine du 31 août au 06 septembre

Le contrôle de véhicules sur l’ensemble du territoire tchadien et la maladie de Chinkugunya dominent largement l’actualité de cette semaine.

« Le cocktail de l’arnaque », titre N’Djaména Hebdo à sa Une. L’éditorialiste du journal informe que dans la course au mépris, les douanes viennent contester la vedette à la SNE (Société nationale d’électricité). En effet, les douanes méprisent la législation en vigueur, notamment le code des douanes de la Cémac, qui leur interdit de former une demande en paiement de doits, trois ans après que lesdits droits auraient dû être payés. Alors que les infractions douanières doivent être punies par les tribunaux, les douanes tchadiennes s’érigent en juge, traquent les propriétaires de véhicules et leur font payer des amendes exorbitantes. Elles méprisent les Tchadiens, usagers de ces services, à qui elles font payer les bêtises de leurs agents véreux qui s’engraissent avec des minorations de valeurs, les fausses déclarations, les glissements tarifaires, peut-on lire dans ce tabloïd.

Contrôle des véhicules automobiles. « Entre l’arnaque et recouvrement des recettes», informe l’hebdomadaire, Le Visionnaire. Selon l’auteur de l’article, par arrêté n°115, conjoint du ministère des Finances et du Budget et celui Délégué à la Présidence Chargé des Armées, des Anciens combattants et des Victimes de guerre datant du 10 août 2020, une commission mixte de contrôle de véhicules et automobiles sur toute l’étendue du territoire national a été créée. Sur le terrain, les bavures sont légion. A N’Djaména, les contrôles sont effectués dans des endroits bien définis, à savoir les ronds points double voie, Goudji, Palais du 15 janvier, Adoum Tchéré, Travaux publics, Sortie nord et tous les parcs automobiles. Conséquences, des embouteillages sont observés par endroit, surtout aux heures de pointe et la fin des heures de travail. S’y mêlent, des accidents routiers des motocyclistes et autres usagers qui se livrent aux acrobaties, faufilant entre les véhicules stoppés par les contrôles, peut-on lire dans les colonnes de Le Visionnaire.

Vérification des pièces de dédouanement « Une commission mixte saisit des vehicules », informe Le Sahel. Selon l’hebdomadaire, une commission mixte de contrôle des documents de véhicules mène, à N’Djaména, une opération de vérification des véhicules dont les pièces ne sont pas conformes. Cette commission est composée des agents de la douane et ceux du ministère de la défense.

N’Djaména Hebdo informe également que, « le Ouaddaï éprouvé par le virus de Chinkungunya ». Selon l’auteur de l’article, le chef-lieu de la province du Ouaddaï est assailli par une nouvelle maladie à caractère épidémiologique appelée Chinkungunya, dont les symptômes sont assimilables à ceux du paludisme. A l’heure actuelle, les autorités annoncent plus de 7000 cas enregistrés, peut-on lire.

Apparition de la maladie Chinkungunya, « près de 7000 cas confirmés à Abéché », rapporte Le Visionnaire. Pour le journal, En 10 jours, les 9 centres de santé de la ville d’Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddaï, sont pris d’assaut par la population, affectée par la maladie de Chinkungunya. Bien que la consultation et le traitement de la maladie soient gratuits, les habitants sont pris de panique. La maladie est diagnostiquée pour la première fois, le 14 août 2020, chez une patiente âgée de 62 ans. Elle a continué à se propager dans la zone. Le ministère de la Santé publique et de la Solidarité nationale informé, a déployé une équipe d’experts et d’infectiologues, sur le terrain pour des constats et des analyses. Les résultats obtenus, identiques à ceux des échantillons analysés au Cameroun, montrent que la maladie du Chikungunya existe effectivement au Tchad.

Le Sahel poursuit que dans le Ouaddaï, « le Chinkungunya fait des ravages ». Selon l’auteur de l’article, cette épidémie qui a été observée autrefois dans les différents pays d’Afrique du Nord, de l’Est… sévit actuellement à Abéché. Plus de 9000 personnes ont contracté cette maladie. Officiellement, le Chinkungunya a fait zéro mort. Pourtant des sources locales annoncent des cas de décès dans plusieurs familles.

Rendez-vous, la semaine prochaine pour d’autres actualités.

Fred Zongo

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :