Réseaux sociaux : l’affaire Benalla pourrit l’hashtag #Tchad

Réseaux sociaux : l’affaire Benalla pourrit l’hashtag #Tchad

L’ex-collaborateur de l’Elysée Alexandre Benalla a effectué un voyage sur N’Djamena en décembre dernier avec un passeport diplomatique, alors qu’il a été démis de ses fonctions de chargé de mission de l’Elysée. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, tente de se défendre devant le sénat.

L’affaire Benalla continue toujours d’alimenter les débats sur les réseaux sociaux. « L’ex-collaborateur de l’Elysée était en voyage sur N’Djaména accompagné d’une demi-douzaine de personnes, par avion privée », rapporte le Journal le Monde du 24 décembre 2018. La nouvelle de ce voyage n’enchante pas Paris… ni les français qui le font savoir massivement sur les réseaux sociaux. Depuis l’annonce de ce voyage sur la terre des SAO, l’hashtag Tchad utilisé sur les réseaux sociaux se retrouve cité par les milliers de français qui y trouvent un expiatoire parfait en pleine crise des Gilets Jaunes. Le Tchad, est devenu en un temps record le bouc émissaire des internautes français qui le citent à longueur de journées pour pointer du doigt la politique extérieure de leur gouvernement.

Le mois de décembre avait été un calvaire pour les hommes de médias locaux, tels que nous, qui nous servons de ce mot-clé pour transmettre nos informations. A son insu, le Tchad se retrouve pris à partie dans une querelle qui plombe le travail de communication à l’international que nous nous efforçons de faire. Pour nos confrères de la diaspora, mais aussi ceux à l’intérieur du pays, il était devenu difficile de s’informer sur l’actualité du pays, ce à quoi était censé servir ce hashtag. On nous obligeait en somme, à nous installer dans les gradins à observer impuissant le combat démesuré et inutile tout en essayant de crier de notre voix la plus forte pour communiquer.

Et comme cela ne suffisait pas, alors que la situation revenait peu à peu à la normale, l’affaire est repartie de plus belle aujourd’hui. Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a saisi le procureur pour l’utilisation illicite des passeports diplomatiques par Alexandre Benalla. « L’ambassadeur Philippe Lacoste m’a fait savoir qu’il était informé de ce déplacement et qu’il n’avait pas considéré qu’il fallait en faire rapport (…) Je lui ai fait savoir que c’était regrettable », explique Jean-Yves Le Drian.

N’Djamena serait complice de Benalla ?

« Quand on connaît l’aéroport de N’Djaména, on imagine bien qu’un avion privé de qualité qui se pose à N’Djaména ne passe pas inaperçu », a laissé entendre le ministre français des Affaires étrangères avant de déclarer que Alexandre Benalla avait utilisé ses passeports diplomatiques pour entrer au Tchad et en Israël. « J’ai eu de la part des autorités du Tchad mais aussi des autorités israéliennes la confirmation que c’est bien le passeport diplomatique qui a était utilisé », a confié Le Drian devant le sénat chargé d’enquêter sur l’affaire Benalla.

Laisser un commentaire