Religion : “comment Dieu rend juste les êtres humains ?” 

0
360

Le week-end dernier, à Moïssala dans le Mandoul, le coordinateur national de la mission parole de vie au Tchad, le pasteur Josias Taradoum , a animé un séminaire biblique en langue mbaye sur le thème : « comment Dieu rend juste les êtres humains ? ».   

Plus de 500 participants venus de N’Djaména, Sarh, Koumra, et du département de La Moula ont pris part à ce séminaire. D’emblée, l’orateur, le pasteur Josias Taradoum, a déclaré que l’homme est, bibliquement, souillé de nature. « Par nature, l’homme est qualifié d’office pour aller en enfer. Pour qu’il entre au ciel, il doit comprendre comment Dieu, le juge, l’a acquitté. Mais les hommes, ne sachant qu’ils sont condamnés depuis le ventre de leur maman, se battent par d’autres moyens pour aller au ciel. Quand on parle de la grâce, c’est qu’il y a condamnation. Pour que que tu comprennes cette grâce, il faudrait qu’on t’explique quel est le problème, et d’où vient-il.  c’est celui qui a compris comment Dieu l’a rendu juste qui est en route vers le ciel », développe-t-il.

Pourquoi réaliser ce séminaire en langue mbaye, le pasteur Josias Taradoum s’explique. « Le Tchad est constitué de 70% d’analphabètes. Or, ne peut confesser Jésus, ne peut invoquer Jésus que celui qui le connaît. Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru ? Et pour qu’ils croient, il faut que quelqu’un leur prêche. Pour que quelqu’un connaisse Jésus, il faudrait qu’on lui explique dans sa langue », argumente-t-il.

Le coordinateur national de la mission parole de vie au Tchad demande aux chrétiens de n’utiliser que les moyens inscrits dans la Bible pour être dans le royaume de Dieu. «  Dans ce pays, beaucoup de gens disent qu’ils sont chrétiens. Mais comment ils sont nés de nouveau ? Comment tu es entré dans les affaires de Dieu ? Si tu n’es pas entré par la manière de Dieu, Jésus dit, si un homme ne nait d’eau et d’esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu », ajoute-t-il, concluant que c’est Dieu qui fait miséricorde. .

Le maire de la ville de Moïssala, Moctar Madko, se réjouit de la tenue de ce séminaire biblique. « Notre société, et particulièrement notre jeunesse est entachée de beaucoup de tentations. Nous aurions aimé que ce genre de séminaire se tienne de temps en temps pour la sauver », souhaite-t-il.

Laisser un commentaire