Dimanche 25 juillet 2021

RCA: l'intervention militaire française serait l'affaire de quelques mois selon JM Ayrault

20131210-120047.jpg

PARIS – Le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a assuré mardi à l’Assemblée nationale que l’intervention française en Centrafrique, au cours de laquelle deux soldats français ont été tués dans la nuit, serait l’affaire de quelques mois.

Le Président de la République l’a dit très clairement: notre intervention sera rapide, elle n’a pas vocation à durer, a ajouté le Premier ministre lors d’un débat sans vote au Parlement sur l’opération française en Centrafrique.

Le désengagement de nos forces commencera dès que la situation le permettra, en fonction de l’évolution sur le terrain et de la montée en puissance des capacités opérationnelles des forces africaines, a expliqué le chef du gouvernement, pour qui ce doit être l’affaire de quelques mois.

M. Ayrault a affirmé que la France n’agissait pas en gendarme de l’Afrique. Le temps de la Françafrique est terminé! a-t-il lancé, ajoutant que la France répond à l’appel de ses partenaires africains et fait face à l’urgence absolue de prévenir une spirale de massacres.

Pour la France, l’inaction n’était pas une option, a aussi expliqué M. Ayrault, ajoutant: attendre, c’était prendre le risque d’un désastre. Attendre, c’était nous exposer au risque d’une intervention ultérieure, beaucoup plus coûteuse et difficile, a-t-il fait valoir.

Au cinquième jour de l’opération Sangaris, le Premier ministre a rappelé les objectifs de l’intervention.

Premièrement, rétablir la sécurité en République centrafricaine, enrayer la spirale d’exactions et la dérive confessionnelle, et permettre le retour des organisations humanitaires ainsi que le déploiement des structures étatiques de base, a détaillé M. Ayrault.

L’intervention des 1.600 soldats français doit aussi favoriser la montée en puissance rapide de la Misca (la force panafricaine présente en Centrafrique, ndlr) et permettre son plein déploiement opérationnel, a poursuivi M. Ayrault.

La Misca doit en effet être en mesure d’assurer le contrôle de la situation sécuritaire, de désarmer les milices et de faciliter la transition politique, a-t-il dit.

La France n’est pas seule, a-t-il aussi assuré. Elle bénéficie du soutien politique de tous les membres du Conseil de sécurité des Nations unies. Le secrétaire général des Nations unies a encore lancé, vendredi dernier, un appel d’urgence sur la situation en République centrafricaine. La France agit (…) aux côtés des Africains, regroupés au sein de la Misca.

M. Ayrault a rappelé par ailleurs que l’Union européenne l’accompagne depuis le début, avec des capacités de financement, que le Royaume-Uni a mis des moyens aériens à disposition, que la Belgique se prépare à apporter son appui, ou encore que les Etats-Unis fourniront, dans les prochains jours, des capacités de transport pour les contingents africains et ont promis 40 millions de dollars pour la Misca.

Cette cause est juste. Elle correspond à l’idée même que la France se fait de sa place dans le monde, a-t-il conclu.

(©AFP / 10 décembre 2013 15h49)

  1. Je pense que il faut d’abord faire la différence entre cachot et prison. En deuxième lieu vous savez très bien que personne ne peut savoir si cette prison est celle de l ANS ou pas alors je suis d avis avec Mr PADARE. Les prisons il en existe partout mais des cachots c’est très difficile de prouver.

  2. Il vous appatient de mener des enquetes pour y repondre, au lieu de poser la question a vos lecteurs. C'est ca le journalisme, non ?

    Il vous appartient de mener des investigations pour y repondre.

  3. Nous voulons bien le lui pardonner si c’est bien cela le but de sa sortie, mais là il est question des vies humaines.Plus on reste dans le dénie moins bien ça ira pour les détenus.Alors des deux voies il faut une troisième bien autorisée pour les départager bien évidemment au profit de tous.

Laisser un commentaire

économie

Tchad : la diaspora et Wakit Tama évaluent les 90 jours de la transition

90 jours après la mise en place du Conseil militaire de transition, des organisations de la société civile, publient un rapport sur l'état de...

Covid-19 : le nombre de cas dépasse 6,41 millions en Afrique

Le nombre de cas confirmés de COVID-19 en Afrique a atteint 6.415.413 samedi après-midi, a annoncé le Centre africain de contrôle et de prévention...

Recevoir la newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l’actualité tchadienne.

Publicité

Publicité SoGe Sidebar

SOGE 3

Sondage

Que voudriez-vous voir plus souvent sur Tchadinfos.com ?
310 votes · 311 réponses

Application Tchadinfos.com

Publicité