Rattrapage des cours : la formation à distance est-elle la solution ?

Rattrapage des cours : la formation à distance est-elle la solution ?

EDUCATION – Pour redonner de l’espoir aux milliers d’élèves qui tournent les pouces à la maison depuis la fermeture des portes des classes pour des mesures de sécurité, le Ministère de l’Education Nationale et de la promotion civique du Tchad a eu recours à l’enseignement à distance qui apparaît à ses yeux comme étant la réponse la plus adéquate en vue d’ aider les apprenants  à passer les examens de fin d’année qui se profilent à l’horizon.

Depuis l’annonce du premier cas du coronavirus, toutes les activités tournent au ralenti dans le pays. Les établissements scolaires et universitaires ne sont pas épargnés. Pour éviter toute contamination et propagation de cette pandémie invisible, sournoise et méchante, les pouvoirs publics ont  pris  le problème à bras le corps  et  ont décidé de fermer les écoles et universités sur l’ensemble du territoire national. Alors que les élèves  amorçaient le dernier virage c’est-à-dire  le dernier trimestre de l’année scolaire 2019-2020 en attendant d’aborder les différents examens  et concours de fin d’année. Cette interruption brutale a crée un certain émoi sinon une  angoisse terrible  chez les milliers d’élèves et étudiants. Ces derniers ne cessent de s’interroger sur leur avenir. C’est ainsi que le Ministère de l’Education Nationale et de la promotion civique avec le concours de ses partenaires a décidé malgré les moyens du bord dont il dispose d’organiser des enseignements à distance afin de permettre aux élèves des classes d’examen de se préparer pour affronter le brevet d’étude Fondamental (BEF) et le Baccalauréat de l’enseignement du second degré.

Une solution non égalitaire

Cette initiative qui est d’offrir des possibilités de formation aux élèves car elle permet de combler le déficit constaté depuis la fermeture des établissements d’enseignement dans le pays. Mais, pour beaucoup de parents d’élèves et d’enseignants, cela ne favorise pas tous les élèves. Ces enseignements à distance favorisent une infime minorité d’apprenants qui sont dans les centres urbains et surtout les progénitures des plus nantis entend–on un peu partout. D’autres élèves qui sont dans les zones rurales  qui ne disposent pas  des postes de téléviseurs et de radios ne peuvent pas suivre ce cours à distance que certains pays Africains ont trouvé  comme une solution palliative pendant cette période difficile de COVID 19.

Les élèves du milieu rural  seront les plus pénalisés susurrent certains parents.  Il faut ajouter à cela d’autres aléas qui ne peuvent pas permettre à certains apprenants, dans certaines zones reculées du pays de ne pas suivre ces enseignements, c’est la baisse du régime d’écoute de la Radio Nationale Tchadienne (RNT). Le fait que la RNT n’atteigne pas toute l’étendue du territoire national  constitue un handicap sérieux  pour les  élèves de suivre ces différents cours qui  sont dispensés par des enseignants expérimentés rompus à la tâche, triés sur le volet par le Ministère de l’Education Nationale et de la Promotion civique pour ce travail.

La HAMA à la rescousse

 Il faut rappeler que la Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel (HAMA) a été sollicitée par le Ministère de l’Education Nationale et de la Promotion Civique pour la réussite de cette formation à distance. L’organe de régulation a multiplié plusieurs rencontres avec les responsables des radios publiques et privées en vue d’adopter une stratégie commune  pouvant leur permettre de diffuser les cours dans les différentes disciplines qui seront dispensés par les enseignants aux apprenants. Ces derniers avaient fait des suggestions à la Haute Autorité des Médias et de l’Audiovisuel (HAMA) afin de mieux véhiculer ces enseignements à l’intention des élèves. Cette démarche a été très appréciée par la Fédération Nationale des Associations des parents d’élèves du Tchad (FENAPET). Pour cette organisation faîtière, il faut faire en sorte que tous les élèves  en bénéficient. Il faut éviter de faire des mécontents. Elle souhaite enfin être étroitement associée  au suivi et à l’évaluation de ces enseignements  à distance.

Un vieux routier du système éducatif tchadien nous a confié que la Radio Scolaire a été créée dans le cadre de la formation à distance. On aurait dû doter cet outil de moyens adéquats pour assurer ce travail mais hélas, le Ministère de l’Education nationale n’a jamais affecté des ressources financières et matérielles à cette  radio scolaire bien que logée à la Direction de la formation et de l’action pédagogique des enseignants. Un autre pédagogue chevronné du système éducatif  lui a emboîté le pas pour regretter que le Ministère  de l’Education Nationale ne prenne pas au sérieux la mission assignée à la Radio Scolaire qui a été l’œuvre de l’UNESCO. C’est dans le cadre de la coopération qui existe entre le Gouvernement Tchadien et cette   institution spécialisée des Nations-Unie que  le Ministère de l’Education Nationale a porté  sur les fonts baptismaux cette structure qui doit aider sur le plan pédagogique les enseignants et élèves  à mieux appréhender la manière de préparer les fiches pédagogiques de  certaines disciplines d’enseignement. Quant aux élèves à travers cette radio, ils peuvent mieux comprendre les leçons  d’éducation civique et de la morale, la diffusion des pièces de théâtres radiophoniques, des cours particuliers et d’autres émissions éducatives.

Des pour et des contre

 En tout cas, l’appréciation de cette formation est mitigée dans le milieu enseignant. Pour les  uns, à  la fin  de cette pandémie de coronavirus, il faut que les élèves reprennent normalement les cours pendant deux ou trois mois avant d’organiser les examens comme cela s’est passé pendant la guerre de 1979 où les cours ont été organisés pendant la saison des pluies à l’intention des élevés des classes de terminale et de la troisième. Cela peut profiter à tout le monde. Même si  dans certaines contrées de notre pays, tous les établissements ne sont pas logés dans la même enseigne. D’autres ont estimé que la diffusion des cours par la radio est l’option la plus meilleur et la plus rapide à utiliser pour permettre aux élèves de poursuivre leur scolarité. 

En somme, les radios publiques, privées et communautaires demeurent les meilleurs outils qui peuvent potentiellement être utilisées pour continuer à enseigner les élèves qui se retrouvent aujourd’hui déscolarisé du fait de la pandémie du coronavirus.

Un commentaire

  1. Billy
    15 juin 2020 at 18 h 54 min Répondre

    Oui. L’éducation à distance est une solution ! Nous sommes à une époque où les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont très développées et accessibles. Si nous voulons suivre le monde dans son changement perpétuel nous devons savoir innover pour s’adapter à l’environnement dans lequel nous sommes. L’Institut Africain de Management IAM OUAGA Au Burkina Faso a su relever le defis de l’innovation à travers la mise en place d’une plateforme numérique qui a permis des cours en ligne pendant cette période de covid-19. Je vous invite à visiter la page Facebook dénommée IAM OUAGA pour découvrir davantage. Aujourd’hui tous les étudiants des cours du jour ont bouclé l’année et ils sont en vacances. Ce qui n’est pas le cas partout. J’invite donc toutes les universités publiques ou privées qui souhaitent offrir un service de qualité aux étudiants à prendre exemple sur l’IAM.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :