Onama: “il y a des éléments que vous mettez dans votre journal mais qui ne sont pas de l’information”, Chérif Mahamat Zène

Onama: “il y a des éléments que vous mettez dans votre journal mais qui ne sont pas de l’information”, Chérif Mahamat Zène

Le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, l’ambassadeur Chérif Mahamat Zène exige des médias audiovisuels publics plus de rigueur dans le traitement des informations et le respect des formats des journaux. Il l’avait dit hier en tant qu’ “invité de la semaine” de la radio et de la télévision nationales.

Dans un passé récent, les journaux parlé et télévisé des médias audiovisuels publics étaient excessivement longs (allant parfois jusqu’à 1 heure ou plus).”La question de format de journaux, tant à la télévision qu’à la radio – à la télévision , 30 minutes ; à la radio 15 minutes – c’est une question qui relève de la compétence de l’Onama, de son équipe, de son personnel dédié à cette tâche. Il n’appartient pas au ministère de définir le format”, a indiqué le ministre.

Chérif Mahamat Zène a souligné qu’une fois le format défini, il faudrait que l’Onama fasse preuve de rigueur. Parce que, note-t-il, la rigueur fait partie des éléments qui déterminent la qualité des journaux. ” Vous aurez constaté avec moi, quand vous suivez les chaînes internationales connues, quand il y a un invité qui intervient et qu’il est prévu 2 minutes, on ne laisse même pas 10 secondes à cet invité. Quand il déborde, ils disent : le temps est épuisé, on s’excuse. Et on coupe. Alors il faut savoir instaurer cette rigueur dans vos journaux”, recommande Chérif Mahamat Zène.

Le ministre a aussi mis l’accent sur un autre élément important. “Je ne suis pas journaliste, ni communicateur. Mais je sais qu’il y a des éléments que vous mettez dans votre journal mais qui ne sont pas de l’information. Je prends le cas de séminaires, des formations. Ça ce n’est pas de l’information. Est-ce que vous avez besoin de consacrer 2, 3 minutes à une formation, un séminaire ouvert, je ne sais pas, par tel ministre ou tel directeur et qu’on a formé pendant tel jour…Ce n’est pas de l’information”, estime-t-il.

Un responsable des médias audiovisuels publics que nous avons joints a indiqué que ces remarques du ministre sont prises en compte depuis quelque temps déjà par la nouvelle équipe qui met le paquet en vue de la perfection. Il cite comme exemple que ce dernier temps, les journaux ne sont plus longs comme avant et qu’il y a un tri rigoureux des éléments à faire passer dans les journaux.

Laisser un commentaire

SITUATION DU TCHAD

Confirmés : 860 

Guérisons : 770

Décès : 74

%d blogueurs aiment cette page :