Netoua Ernestine : « Il faut croire en la culture tchadienne et j’y crois »

0
361

VIDÉO – Etre promotrice culturelle dans un pays où la culture n’intéresse presque personne est un combat. Jeune Tchadienne, Netoua Ernestine a décidé de faire sien ce combat. Et elle croit que cela va changer.

Directrice artistique du festival de musique urbaine Koura Goss et présidente de l’association Femme aussi, elle trouve que le soutien du gouvernement aux artistes n’est pas suffisant mais n’omet pas de pointer le manque de professionnalisme de ces derniers.

Netoua Ernestine est également convaincue que l’avenir du Tchad est entre les mains des femmes. Celles-ci méritent mieux que ce qu’elles vivent aujourd’hui au quotidien.

Faits divers : un bébé sans vie retrouvé sous le pont Chagoua

Laisser un commentaire