N’Djamena : les vendeurs en détail des chaussures envahissent les rues

N’Djamena : les vendeurs en détail des chaussures envahissent les rues

A l’entame de la dernière semaine du mois de ramadan, les jeunes vendeurs des chaussures s’installent à tout bout de chemin dans la capitale tchadienne. C’est le constat au côté aux alentours des grands marchés à l’instar du côté Nord de la mosquée roi Fayçal ou grande mosquée de N’Djamena.

Il est 11 heures 10mn dans la capitale tchadienne,  ce 11 juin 2018, la circulation devient de plus en plus dense. Du côté nord de la mosquée roi Fayçal, dans le troisième arrondissement, hommes, femmes, jeunes et vieux se disputent le passage. Certains s’arrêtent sur le trottoir pour faire leurs choix. Un trottoir transformé en un marché forain. Des chaussures de toutes qualités avec des prix variant sont étalées sur des sacs et ou  sur des cartons, attirant ainsi les clients.

Djissassem Honoré, l’un des vendeurs tient en main un mouchoir, il transpire à grosse goûte. « Nous prenons ces chaussures avec les chinois dans les boutiques derrières nous », confie-t-il en pointant du doigt un immeuble qui se trouve légèrement à sa droite. « Et nous les revendons. On rentre toujours avec, au moins dix mille francs de bénéfice  ».

Non loin de là se trouve une dame voilée, qui fait sa sélection. Elle détient deux paires de chaussures pour enfants. « Ici les chaussures coûtent  moins chère que dans d’autres lieux de vente. Avec dix mille francs, tu peux facilement trouver quatre paires pour enfants. Avec la crise, la qualité de ces chaussures ne nous préoccupe pas. L’essentiel c’est de trouver de quoi à porter pour la fête et satisfaire les enfants », estime-t-elle.

Décidemment, ces vendeurs sont installés aux alentours des marchés de la capitale. Faisant un tour au marché de Dembé dans le 7eme arrondissement, ils abondent les trottoirs. D’après  Guéasnan Moïse l’un des vendeurs rencontré sous le viaduc, à cet endroit les prix sont encore moins chers. Seulement, les vols constaté dans cet endroit font peur aux clients.

Laisser un commentaire